La voleuse de livres, Markus Zusalk

Je vais commencer par ce qui paraît être le pire des choix narratifs et pourtant qui créé la tonalité intensément lyrique et ironique de récit magistralement tendre. Celle qui nous conte la folie et l'amour des hommes est la mort, la grande faucheuse en personne, et qui plus est, dans une période historique où elle... Lire la Suite →

Un certain monsieur Pikielny, François Henry Désérade

Après ma lecture enthousiaste de La promesse de l'aube de Romain Gary, j'ai découvert, grâce aux commentaires des blogueuses, l'existence de ce titre de Désérable. Et j'ai eu furieusement envie de le lire, car un roman qui part d'un autre roman, c'est un ressort à tiroirs qui me plait. L'idée d'un fil qui se tisserait... Lire la Suite →

Canari, Duane Swierczynski

Sadie est une chic fille à papa. Papa est un chic type aussi, spécialiste des désintoxications en tout genre, Kevin Holland a inculqué à ses enfants la tempérance, la maîtrise de soi,  la méfiance des addictions illicites. Et Sadie, bonne fille, peut passer une soirée étudiante à ne siroter qu'une bière tiédasse. Ce qu'elle a... Lire la Suite →

Le cas Sneijder, Jean Paul Dubois

Paul Sneijder est l'habituel Paul de Jean Paul Dubois, pas tout à fait le même que dans La succession ou Une vie française, mais avec la même mélancolie solidement chevillée à l'âme, en moins caustique cependant, en plus désespéré. Il faut dire que ce Paul là a toutes les raisons de vaciller, piégé dans le... Lire la Suite →

Le discours, Fabrice Caro

Fabrice Caro n'est autre que Fabcaro, celui de Zaï, zaï, zaï, et pour les amateurs de cet auteur, c'est un titre sans surprise mais dont on se régale, comme on sirote un drink d'ironie, de bons mots, d'images d’Épinal à la sauce corrosive. La tonalité est sarcastique, grinçante, le personnage est évidement un loozer décalé,... Lire la Suite →

Villa des femmes, Charif Majdalani

La villa se tient toujours au bord de la route, dans un quartier excentré de Beyrouth, comme Noula, gardien et fils de gardien, se tient toujours sur son perron, en face de l'allée qui mène au portail. Les temps ont pourtant changé sur le domaine des Hayek, la grande famille libanaise qui possédait les orangeraies... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑