L’équilibre du monde, Mystri

Voilà une note qui n’est pas facile à faire tellement j’ai aimé ce livre : pas possible pourtant de ne faire qu’une liste de superlatifs. Le seul qui me vient est « dévorant », comme la misère, comme vouloir s’en sortir, sans trop se salir en pataugeant dans la fange et les ordures, les pieds dedans, englués, enchaînés.... Lire la Suite →

Tsubaki, Aki Shimazaki

Je me suis dit : tiens, je vais faire dans le japonais, et dans le livre court. La littérature japonaise, en général, je n'y arrive pas, soit ça me barbe, soit je n'y comprends rien. C'est comme le cinéma japonais, enfin, le peu que j'ai réussi à voir sans trop m'ennuyer. Mishima ne m'a jamais... Lire la Suite →

L’origine de la violence, Fabrice Humbert

C'est à la fois une romanesque histoire d'un amour impossible, jusque là bien enterré, et une tentative d'écrire l'histoire hideuse avec les points d'interrogation qui vont avec et la trame qui transparaît.  Le narrateur est prof (lycée franco allemand en plein centre de Paris, mais il a conscience de son privilège et il a fait... Lire la Suite →

Le plaisir ne saurait attendre, Tishani Doshi

Porte particulièrement bien son titre ....  C'est l'Inde de la bourgeoisie moyenne, tranquillement prospère. Le premier à secouer le cocotier, ce sera Babo, le fils aîné, envoyé, non sans cérémonie photographique très exotique, en Angleterre, la nation moderne, pour y suivre une formation, qui permettra, à son retour programmé, de continuer à faire prospérer l'entreprise... Lire la Suite →

Du domaine des murmures, Carole Martinez

Comme un long rêve qui s'étire dans un Moyen Age chimérique et brutal, ou un air de madrigal couvert, par intermittence, du fracas des armes et des hennissements des coursiers fabuleux, des épées qui tranchent et transpercent les nouveaux nés. Ne pas s'arrêter, surtout pas, au quatrième de couverture, peu engageant. (Qui a pu écrire... Lire la Suite →

La belle amour humaine, Lionel Trouillot

Le premier chapitre est assez enchanteur, nuit magique hors du temps, rythme de la phrase et bercements des images,  c'est un chauffeur de taxi qui a la parole : soit, il parle un peu beaucoup comme un écrivain, mais bon, on sait quand même bien qu'on est en train de lire un livre.   Et qu'on n'est pas dans... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑