Tonton Clarinette, Nick Stone

Bon, alors le titre … ma douce  a eu un petit sourire moqueur quand je l’ai acheté surtout que le bandeau rouge qui barrait la couverture indiquait « Grand Prix SNCF »… bon ben j’ai pris quand même.

J’avais vu et écouté l’auteur dans un salon feutré de l’hôtel Chateaubriand le matin même: Nick Stone, beau métis d’une quarantaine d’année (çà, c’est pour les A, elles vont m’en vouloir à mort de donner ce genre de précision) et surtout possédant une connaissance impressionnante des milieux criminels de Miami, Haïti et d’ailleurs.

-une A: « Bon allez, çà va, çà vaut le coup ou pas? »

Un peu ma nièce (faut qu’je féminise…): on rentre tout de suite dans un polar d’une noirceur totale et dans la vie, évidemment cabossée, d’un privé, Max Mingus employé par un certain Carver (les noms, fallait oser mais ça passe) pour retrouver un môme à Haïti, je n’en dirais pas plus sur l’intrigue. Nick Stone nous prépare le terrain dans les bars de Miami à la façon noire des années quarante avant de nous balancer sans bouée ni parachute dans l’enfer de l’île -ça fait un peu cliché mais il n’y a pas d’autre mot- victime de toute la rapacité humaine, indigène ou autre. Malgré des scènes de violences inouies et des tableaux faisant passer Jérome Bosh pour Walt Disney, on suit Mingus de Port au Prince à Piétonville jusqu’à la frontière Dominicaine sans jamais vouloir s’arrêter. Tonton Clarinette nous mouille, nous rend tout crasseux, un peu plus lucide? Je ne sais pas.

Anonymus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :