Nager sans se mouiller, Carlos Salem

Mes ami(e)s ne me prêtent jamais de livres. Non pas que je n’ai pas d’ami(e)s pouvant me passer leurs lectures, et souvent de très bons conseils, mais j’ai une certaine résistance au prêt : un livre que je ne pourrais pas garder et ranger/classer dans mon complexe système névrotique qu’est ma bibliothèque me décourage de lui corner les pages ou de casser la tranche en deux, si je veux. ( ce aussi pourquoi je ne fréquente pas les bibliothèques, établissements fort respectables par ailleurs). Cet été fait donc exception à la régle « on ne me prête jamais de livres » puisque que c’est le troisième que A.L.M. me confie et que je lis. Elle m’a dit en me tendant l’objet « Tu vas voir, un polar sympa, mais sans plus », et elle a raison. Mais un polar sans « nature writing » et sans shérif tellement cracounet qu’on a l’impression de faire partie d’un fan club pour alcoolique dépressif, finalement, ça me tentait bien.

Juanito Perez Perez mène une double vie, côté pile il a l’allure d’un VRP minable et transparent, anodin personnage qui a négligé ses rêves d’enfants, de pirate et de capitaine, côté face, le numéro trois d’une organisation qui gère les crimes commandités comme d’autres les séjours en club vacances sur la côte sud de l’Espagne. Divorcé de la belle Leticia, qui a préféré larguer le minus qu’il semble être pour s’éclater vers des cieux plus ambitieux, il est quand même père de deux enfants et est censé les prendre en charge pendant une partie des vacances. Tâche dont il compte s’acquitter, sans grand enthousiasme, quand l’organisation lui change le décor prévu. Il doit aller passer des vacances studieuses (opération de surveillance d’une cible) dans un camp naturiste. A partir de là, les hasards, rencontres s’enchainent, les pistes font du surplace et s’embrouillent. La cible devient floue, qui piège qui ? Le fantôme du numéro quide ses pas. D’abord se servir de sa tête, puis de ses poings et si rien ne marche, de ses couilles. C’était (en gros) l’adage de son père de substitution, sauf que Juanito a tendance a faire les choses dans l’ordre inverse et se sert beaucoup de ses couilles. Ce qui fait que l’on attend quand même  un peu longtemps avant que le pseudo VRP a la technique sexuelle parfaite et sa partenaire à la plastique pareille finissent de mettre le camping en émoi avant que l’intrigue ne redémarre, ce qu’elle finit par faire dans un coucher de soleil de soleil à la James bond, avec Sean Connery en arrière plan …. ( ce qui vaut le shériff cracounet)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :