Le diable tout le temps, Donald Ray Pollock

J'ai croisé mon ami Jack dans les croisées du salon du livre d'"Etonnants voyageurs". Mon ami Jack ( ce n'est pas un surnom, c'est son nom) est très, très grand, ce qui fait qu'on ne le loupe pas, même dans un salon du livre bondé. Il m'a lancé : "Va voir le Pollock, c'est du... Lire la Suite →

La carte du monde invisible, Tash Aw

Ce roman fut présenté comme "à l'origine d'une littérature du post-colonialisme", je pensais donc avoir à faire à une sorte de fresque historique, plus historique que fresque. Finalement, l'histoire est bien là mais par petits morceaux et que le vitriol post-colonialisme est un peu trop dilué à mon goût.

Arlington Park, Rachel Cusk

Arlington Park est un quartier, genre "beau quartier", ou alors une sorte de banlieue un peu cossue, entourée d'autres qui le sont moins, une sorte de ghetto choisi, étouffant, à part, protégé des miasmes de la pauvreté. Il y pleut beaucoup mais il n'y a pas d'air. Le premier chapitre donne le ton, en une superbe description d'une averse torrentielle et intrusive.

Pas facile de voler des chevaux, Per Petterson

Un vieil homme, Trond Sander, s'est retiré dans une vieille maison à rafistoler, l'hiver va arriver, les nuits sont noires, la nature entoure l'exilé volontaire, accompagné dans sa solitude de son seul chien, quelques courses indispensables, les tâches du quotidien : couper du bois, faire le feu, aller jusqu'au lac, clouter quelques lames de parquet.... Lire la Suite →

Gare au feu, Fiona Kidman

Les nouvelles, c'est pas trop ma tasse de chocolat. Je me suis laissée tenter par ce recueil parce que Fiona Kidman, sur un petit plateau d' "Etonnants voyageurs" avait l'air d'une mamie gâteau pas vraiment sage et que je voulais voir ce qu'il avait sous la crème anglaise.

La gifle, Christos Tsiolkas

Excellente gifle ! Pour celles ( et ceux, pardon) qui en ont les moyens : à lire devant un soleil couchant australien électrique et artificiel , pour les autres en re-regardant le premier opus de "Mad Max" avec "Midnight Oil" à fond dans les écouteurs. Si on n'aime pas "Mad Max" (comme moi) mais qu'on adore "Beds are burning" (comme moi), ça marche aussi

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑