Cité de la poussière rouge, Qui Xianlong

Dans la cité de la poussière rouge, l'histoire, la grande et tragique histoire de la Chine d'après la révolution communiste se coule en de petites historiettes de ses habitants minuscules. C'est une cité de petites gens ordinaires, dans le grand Shangaï, des petites gens qui habitent dans des petites maisons, découpées comme du tofu en... Lire la Suite →

L’échange des princesses, Chantal Thomas

Est- ce à cause de l'homonymie d'avec la fameuse créatrice de dessous si chics que ce roman me faisait froufrouter d'avance ? Point nenni, pas besoin, je suis tombée dans les crinolines kithchissimes de Sissi quand j'avais encore l'âge de jouer aux Barbies. Les histoires de gentilles princesses qui ont les ailes rognées par les méchantes... Lire la Suite →

Kinderzimmer, Valentine Goby

Ce livre n'est pas un livre de plus sur la déportation, sur les camps de concentration et sur l'horreur, toujours là, toujours indicible, toujours dite. En même si, d'ailleurs, un livre de plus ne peut ici être un livre de trop, je crois, je crois aussi que ce qu'il aurait de toute façon le plus... Lire la Suite →

Rêves oubliés, Léonor de Récondo

Au centre  de ce petit roman, les exilés de la guerre d'Espagne. Aïta aime Anna, sa femme ,mais sa femme n'est pas là pour le moment. Elle est à Irun chez les granps parents et les oncles, en vacances, avec les enfants, les trois garçons. Deux énervés dans un bar voit en ce tranquille patron d'une... Lire la Suite →

Faillir être flingué, Céline Minard

Un simili western complètement réjouissant, il vous ballade (A.B. les deux "l", c'est une faute exprès, pour faire musical) vous amène, de violoncelle de bastringue en voleurs de chevaux, de baignoires en fumoir. C'est le monde de Lucky Luke, sans Rantanplan, et un roman ficelé pour vous attraper, sans les plumes ni le goudron, en douceur... Lire la Suite →

Le dernier lapon, Olivier Truc

Un polar ethno, ethno du bout du monde, froid, le bout du monde, je n'ai rien contre, le côté, découverte d'une civilisation minoritaire et en danger de disparation pour cause de politique identitaire limite fasciste et de gros méchants loups économiques qui veulent manger la dite civilisation, à priori, je suis pour. Surtout si on... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑