Kinderzimmer, Valentine Goby

Ce livre n’est pas un livre de plus sur la déportation, sur les camps de concentration et sur l’horreur, toujours là, toujours indicible, toujours dite. En même si, d’ailleurs, un livre de plus ne peut ici être un livre de trop, je crois, je crois aussi que ce qu’il aurait de toute façon le plus à craindre, c’est qu’il n’y ait plus assez de lecteurs pour ce sujet …

Comme « Le rapport de Brodeck » ( un Claudel qui fleure l’excellente littérature sur la pourriture de l’âme humaine, et elle fleure sévère), « Kinderzimmer » raconte les faits, en sortant du témoignage « brut », pour s’interroger dessus, ou plutôt sur le comment dire le brut maintenant qu’il s’éloigne, que les témoignages directs, se feront, pour cause naturelle, de plus en plus rares. Et sans pathétique. Pour moi, je trouve que c’est important le non-pathétique. C’est une de mes amies qui me l’a appris, elle dit que si tu cherches à faire pleurer dans les chaumières avec ta crasse et ton malheur, ce n’est pas la compréhension que tu obtiendras, ni même des larmes. Elle ne dit pas « crasse », vu qu’elle l’a assez vécue ( c’est une ancienne déportée, juive hongroise, elle est passée par la tente de Ravensbrück, pour ceux qui ont lu le livre, cela en dira assez, je pense.)

Il y a un récit dans « Kinderzimmer », l’histoire de Suzanne à Ravensbrück et des fragments qu’elle a pu connaître de celle des femmes du même coin de son block, des françaises, déportées politiques, comme elle. Suzanne est jeune, très jeune. Dans la résistance, elle codait des messages avec des notes de musique. Un soir, elle est restée coincée avec un messager inconnu dans un réduit du magasin. De cette nuit là, elle est enceinte. Trois mois plus tard, elle est arrêtée, quelques jours plus tard, elle est à Ravensbrück. Rien ne peut laisser présager ce lieu ni ce qu’il peut y arriver, une grossesse y est une anomalie dans un monde inconnu.

L’histoire de Suzanne est peut être vraie, et sans doute pas, pas vraiment, sûrement inspirée du témoignage de Marie Josée Chambart de Lauw ( résistante déportée et affectée à la zindezimmer, elle est remerciée à la fin du livre par l’auteure). Elle sonne juste. De l’horreur de tomber pendant les appels, de la terreur de se lever, de celle de ne plus y arriver, de la terreur et de l’envie de survivre, de la tentation de se laisser glisser, de s’en remettre à la fatigue et à la saleté, de s’en remettre au chien pour arrêter, de s’en remettre au hasard, finalement, de croire en la survie possible d’un bébé ; dans la Kinderzimmer, elle est de trois pour des bébés vieillards.

Avant, pendant et autour de la naissance de James, il y a d’autres femmes, des soutiens ou des ombres dangereuses, plus de soutiens quand même, même si, Suzanne le comprend, l’amour dans les camps peut faire mourir. Elle aime, soutient dans la mesure où c’est juste possible. Un récit en grande retenue.

Cependant, ce qui m’a aussi vraiment touchée, ce sont les reflexions initiales sur les mots et le dire. Suzanne devenue témoin de l’horreur, devant une classe, achoppe sur une phrase, qu’elle a pourtant si souvent prononcée : « Nous marchions jusqu’à Ravensbruck », parce qu’elle réalise que ce n’est pas possible à dire ça, que dans l’ignorance du lieu et de ses « règles », de ses mots singuliers, les mots d’après n’ont pas de sens. Ils reconstruisent ce qui n’était qu’inconnu. Ils ne peuvent être partagés, pas même au retour. Les mots de Ravensbrück désignent une réalité à jamais étrangère.

Oui, vraiment touchée, parce que moi, face aux mots que disent ceux qui sont revenus, j’en finis par comprendre que le poids de leur véracité, l’écho qu’ils me renvoient, je le comprends, oui, je le comprends, et je ne comprends rien à ce que sont réllément ces mots là, cette réalité là.

 

Un livre que je joins à la proposition de non challenge de Galéa.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :