L’échange des princesses, Chantal Thomas

Est- ce à cause de l’homonymie d’avec la fameuse créatrice de dessous si chics que ce roman me faisait froufrouter d’avance ? Point nenni, pas besoin, je suis tombée dans les crinolines kithchissimes de Sissi quand j’avais encore l’âge de jouer aux Barbies. Les histoires de gentilles princesses qui ont les ailes rognées par les méchantes cours des Grands, j’adore. Il n’a pas longtemps, j’ai même tenté Saint Simon ( en extraits, hein, pas maso quand même, mais, il n’y avait pas assez de marquise des anges pour moi)

D’ailleurs, Saint Simon, il est aussi dans ce livre-là, en un peu moins glorieux qu’il ne veut bien le dire quand c’est lui qui cause. Le bonhomme voulant être grand d’Espagne, il se fait ambassadeur du Régent en cours de Madrid. En profite pour découvrir l’huile d’olive, mais ce n’est pas là le sujet, évidemment (même si le Saint Simon en proie aux doutes dans les couloirs odorants mais obscurs du palais madrilène, en grand costume d’apparat à la française, je suis assez fan). Revenons à sa mission de départ, l’organisation de l’échange marital diplomatique entre les deux grandes puissances européennes de ce début du XVIIIème siècle, qui se faisaient la guerre depuis un certain temps, la France du décadent régent, Philippe d’Orléans, l’Espagne du mystique chaud de la cuisse, Philippe V. Il s’agit d’échanger deux princesses de la plus haute importance, que l’une aille se faire française au nord et l’autre espagnole au sud. La toute toute petite infante de quatre ans, Anna Maria Victoria pour le futur Louis XV ( haut de onze ans), et mademoiselle de Montpensier, douze ans d’abandon familial sur les épaules à coller avec le futur roi d’Espagne, prince des Asturies pour l’instant et pas vraiment fini non plus. Un poil obsédé par l’idée de prendre femme (sans trop savoir ce que cela veut dire d’ailleurs, ce qui ne l’aidera pas par la suite quand l’idée devra prendre corps).

La plume est allègre pour retracer ses deux longs itinéraires  de poupées marionettes du pouvoir, pas seulement du nord vers le sud, mais de la gloire au désespoir, de l’intérêt à l’abandon. L’une, la plus petite, se conforme, fait la joie de tous, fait les gestes qu’il faut, et même des bons mots, séduit tout le monde ( même la vieille Palatine), sauf son beau prince. Elle combat ses peurs à coups de poupées, classées, rangées, rejetées, comme le futur roi avec ses courtisans, et plus tard avec elle. L’autre Louise Elisabeth se heurte à ses murs et à ceux de l’Escurial. Elle déçoit, ne joue pas le jeu des espoirs du couple régnant en attente de la princesse conforme. Mais la poupée française ne peut pas, elle est déjà toute cassée.

Aucun suspens, l’histoire est écrite depuis bien longtemps pour ces deux là, juste le suspens du comment, comment elles vont disparaître de la scène du théâtre. L’une sauvera les meubles, malgré tout, l’autre sera poussée encore un peu plus loin. Un coup de balai et un coup de pelle, le tour est joué, la poussière est sous le tapis.

L’auteure ne cherche pas à nous faire pleurer sur leur sort, cela ne marcherait pas, je pense, du misérabilisme dans les chaumières royales. Moi, j’ai sautillé de malheurs en malheurs, mais je pense qu’un historien aurait à redire, pas tant sur les faits (on sent bien que c’est du fiable et vérifié) mais sur la psychologie supposée, même si elle n’est pas developpée outre mesure (pour ne pas laisser trop de place aux critiques, je suppose), il est clair que pour faire du romanesque, il faut faire du lien avec nous, femmes modernes, à la condition libérées et qui, au grand jamais, ne tomberait dans ces histoires de labyrinthes du paratre.

C’est une vision proposée, un peu de notre temps qui se drape dans les rideaux véridiques de l’histoire pour en écarter les rideaux et montrer des dessous, pas si chics !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :