Sorj Chalandon à Rue des livres

On m’a bien expliqué Proust au temps lointain de mes études de lettres : Bergotte est un homme médiocre, mais son oeuvre est admirable, par conséquent, on différencie l’homme et l’auteur. L’homme est négligeable, seule compte sa production. OK, premier point. Deuxième point : l’auteur n’est pas le narrateur, rien à voir, passez votre chemin auteur, laissez la place au texte. Donc, troisième point : le texte, rien que le texte. OK. On dégraisse, on recentre, on conspue le biographisme.

Oui, on peut être une étudiante fanatisée par le structuralisme formaliste russe. J’en suis la preuve virtuelle et vivante. En effet, j’ai longtemps pris pour péché mortel anti-littéraire de rencontrer en auteur en vrai, voire de l’écouter. L’oeuvre, le texte, le texte, l’oeuvre. Evidemment, depuis longtemps aussi maintenant, tout snobisme engendrant son contraire, j’adore aller traîner mes oreilles autour des auteurs qui causent.

Ce qui fait que, à « Rue des livres », je suis allée entendre Sorj Chalandon. ce qui a étonné mon homme, et presque moi-même, d’ailleurs. De cet auteur, je n’ai lu que « Mon traître ». Sans passion et même un certain agacement, j’avais suivi cette plume qui me semblait causer beaucoup d’elle même, sur le mode narcissique sans le dire : un jeune homme qui a tout des intérêts de l’auteur, a peine transposé, a été trahi par son modèle d’engagement politique lors de la guerre civile en Irlande, côté IRA. Une sorte de reportage intime où je n’ai retenu que des trémolos personnels. Une brève écoute lors d’un plateau à saint Malo me confirme ce que je voulais entendre, ce monsieur parle beaucoup de lui. Ecoute négative, qui me fait laisser passer les titres suivants, jusqu’au « Quatrième mur », d’abord parce que prix lycéen et ensuite parce que Valérie et AAAAAA me soulève un coin de paupières. Me serais-je fourvoyée ?

Je ne sais, mais je suis ressortie de cette « conférence », moins braquée contre le narcissisme de l’auteur, puisqu’il l’a expliqué, et expliqué aussi la différence qu’il faisait entre son écriture romanesque et son écriture journalistique ( d’ailleurs, souvent ses billets dans « Le canard » sont souvent pertinents, me souffle mon homme à l’oreille, moi, je ne sais pas, je ne lis pas « Le canard » pas assez romanesque, ce qui est contradictoire avec ce qui précède, je le concède). Sorj Chalandon prend l’exemple de son entrée dans le camp de Sabra et Chatila, après le massacre. Il dit que pour le journaliste qu’il était, ce fut l’horreur et la solitude, et que son rôle, alors, dans « Libération » fut d’écrire ce qu’il avait vu. Pas ce qu’il pensait. Il dit ensuite que les mêmes faits dans « Le quatrième mur » sont là pour qu’il retourne dans le camp, mais surtout pour que les lecteurs y entrent avec lui. Sa formule d’ailleurs est très belle, trente ans après, « les lecteurs font alors cohorte avec l’auteur », enfin, je ne sais pas si c’est une formule, mais je la trouve très belle, parce que très ambiguë.

Mais surtout, ce que j’ai trouvé passionnant dans cette première partie de la conférence de Sorj Chalandon, est ce qu’il a dit de son expérience de reporter de guerre, la difficulté (je reprends aussi sa formule) de « rentrer en paix », ou de « retour en paix », la fascination pour ce temps de la guerre où « l’on fait partie de la barbarie », où l’on se sent d’autant plus vivant que la mort est là, qu’ il y a une empathie sincère avec les victimes, mais que cette guerre n’est pas votre guerre, que vous, vous pouvez en repartir avec le prochain avion, mais que revenir en paix, c’est aussi accepter qu’une petite fille pleure devant le frigidaire parce qu’il n’y a plus de Coca, alors que là d’où vous revenez, une mère meurt en traversant une place pour aller chercher de l’eau. Et puis, accepter que vos récits qui provoquent la fascination des autres, « Tu en reviens … » deviennent inaudibles : « Au début, tu interesses, puis tu ennuies, à la fin, tu emmerdes ». C’est cru, direct, sincère, ça fait voler le formalisme en éclat, mes préjugés aussi.

Je n’ai pas acheté « Le quatrième mur », d’abord parce qu’il avait la queue pour les dédicaces, et ensuite parce que dans la deuxième partie de sa conférence, Sorj Chalandon donnait, sans doute convaincu d’avoir à faire à un public l’ayant déjà lu, beaucoup d’éléments sur l’intrigue romanesque de son roman. Je vais attendre un peu de les avoir oubliés.

PS : pas de compte rendu de l’intervention de Vélibor Colic d’aujourd’hui, je me suis trompée de salle … ( et pourtant il n’y en que deux …) et suis arrivé dix minutes avant la fin … Seul scoop, son prochain roman sort le 5 mai.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :