J’aurai ta peau Dominique A., Arnaud Le Gouëfflec, Olivier Balez

http://www.youtube.com/watch?v=DiRuwJIiyZ0

Pas idée d’être un chanteur de variété sans l’être vraiment, pas idée d’avoir un manager de moins de cinquante ans qui picole comme un trou, pas idée d’avoir un fan sosie qui vous colle à la peau,  pas idée de vouloir faire ses courses tranquillement, pas idée de se perdre dans les coulisses, pas idée d’avoir un prénom aussi commun que Dominique, ce qui fait que dans le métro, on vous reconnaît sans mettre le bon dessus votre crâne rasé, Daniel ? Etienne ? Christophe ? (j’avais un bon copain qui était assez connu de visage dans les seconds rôles au cinéma et qui a renoncé aux transports en commun par fatigue d’entendre « Je vous ai vu dans le dernier, comment déjà ? Vous vous souvenez, un nom qui finit par « ouche » ? » – « Lelouch ? » – « Non, pas ça, un plus connu. » Ceci dit, il n’avait jamais tourné avec Lelouch , mon copain. Ni avec des plus connus non plus)

Pas idée donc d’être célèbre, mais pas trop, pas partout, pas par tout le monde, et de l’avoir choisi. Pas idée, enfin d’avoir une lettre à la place d’un nom entier, si cela ne vous place pas en tête des ventes, en tout cas, cela vous place en haut de l’alphabet. (Ce qui m’a fait penser à ses entreprises de taxis qui  prennent le nom de compagnie AAAA, ce qui n’a rien à voir avec le choix de Dominique A, enfin, je ne pense pas, il n’avait pas vraiment besoin d’être appelé au milieu de la nuit, je suppose …). Le A. fournit aussi le prétexte à ce petit road movie en bulles autour de la célébrité et de l’anonymat, enfin, je crois que ça parle de ça, et aussi de Dominique A.

Du coup, une B.D qui limite quelque peu son champ d’action à ceux qui connaissent Dominique A et qui apprécie le parcours et la figure de ce chanteur, un peu atypique, mais pas trop décalé ( ce qui est mon cas, évidemment, je ne crois pas que j’aurai lu une BD qui s’appellerait «  Sheila j’aurai ta peau » et qui montrerait la chanteuse en prise avec ses fans à couettes, enfin, on ne sait jamais, hein …) . Donc, le chanteur est menacé de mort par une lettre anonyme, ce qui n’est pas sans l’intriguer, ni sans intriguer son entourage, il n’a pas vraiment le profil John Lennon. Il porte plainte quand même,  l’occasion d’un savoureux dialogue entre lui et la police réaliste, trouve refuge auprès d’un Philippe Catherine aussi déjanté qu’on puisse l’imaginer, on jette un œil en curieux dans les coulisses : « Tiens Dominique A. et Philippe Catherine sont amis, j’aurais pas cru ». Bon, ça ne change pas la face du monde, non plus, hein ..Un amusement, qui sans hagiographie aucune, vous campe un chanteur de bonne foi qui a pris plaisir visiblement à l’exercice de la duplication graphique. Très réussie, il faut le dire, en noir et vert …. ( je craignais un peu l’aspect verdâtre, mais non, ça passe plutôt bien)

Seul bémol, cette lecture a réactivé mon addiction à la version du chanteur des « Enfants du Pirée », je crains que l’overdose ne guette fiston, à qui j’ai entrepris de faire connaître la « bonne chanson française  à texte », après la « bonne littérature jeunesse sérieuse »,. Pour mon homme, la palme est à la mélancolie des oiseaux », et puis, il y a « Les éoliennes », aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :