Etonnants voyageurs 2014

Va falloir fourbir les stylos billes pour cocher le programme (qui n’est pas encore sorti, à ma connaissance …), moi, je vous le dis, en habituée des allées du palais du grand large et autres salles frémissantes et bruissantes de cris de l’attente et des paroles écrivaines … « Poussez-vous de là, j’entends rien », « Ben, c’est complet, déjà, mais cela fait une heure que j’attends », « Je peux m’assoir, là ? » « Non, c’est pris, j’attends depuis dix heures ce matin pour voir le dernier plateau du café littéraire et mon mari » – véridique – « Vous pouvez me garder mon sac, j’ai la vessie qui éclater » – véridique aussi, mais là, c’est moi qui cause à ma pauvre voisine inconnue qui m’a regardée d’un drôle d’oeil après, mais c’était la faute à Roblès, il m’avait mis la tête à l’envers. Avec Carrère qui n’arrêtait pas de dire des trucs à la fois drôles et intelligents, que ça paraît évident quand c’est lui qui le dit, alors que franchement, toute seule, je n’aurais pas vu la moitié du truc du machin dans les rapports au monde de la littérature politique et tout. Je dis cela parce que je ne me souviens plus de ce que j’ai appris ce jour-là, juste que c’était brillant. Juré, cet année, je prends des notes, ou mon dictaphone. Le sonotone, non, pas encore.

Va falloir faire tourner le tire-bouchon des bouteilles de blanc, c’est moi qui vous le dis, en habituée de l’éternelle terrasse venteuse voir pluvieuse et chichiteuse en caouèttes (mais pas en écrivains qui se mettent deux trois breuvages bien mérités derrière l’accréditation). Il va falloir partager les rencontres et les émotions, les sentences et les verres vidés aussi vite que remplis « On prend une bouteille ou deux, là ? » « Trois, il manque encore A. et A. et A. », « Mince, t’as pas vu ma carte bleue ? » « Non, c’est Tim Willocks qui passe. » « Où ? » « Trop tard, il s’est barré avec Boyden » « Et Amanda ? » « Ben ouais mince, Amanda » …. »Non mais, il est trop beau ! » « Qui ? Dugain ? je ne sais pas, je dois le voir demain », « T’es sûre qu’il aura de la place, parce qu’avec Lemaître, en plus, ça va être chaud », « C’est pas grave, tu squattes la place du mari, tu attends que ta vessie explose, et puis tu vas consoler Amanda »

Simple.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :