Caprice de la reine, Jean Echenoz

Le titre est beau (je sais pas pourquoi, un truc avec les princesses ?) et les sept textes sont sept petits bijoux, dans un écrin d’écriture ciselé, comme on taille les ifs pour qu’ils fassent joli dans un jardin à la française. J’ai horreur des des ifs et des jardins à la française, ceci dit. Mais Echenoz, j’adore. De sa patine à peine tristounette, il vous joue un air d’adjectif qui n’a l’air de rien , du genre en fin de phrase, inattendu, il vous retourne le sourire narquois de l’écrivain matois. « T’as vu que je sais faire » – « oui, j’ai vu » – « Tu as vu que tout est grave quand c’est léger ? »- « Oui j’ai vu ».

Je suis toujours d’accord avec Echenoz, surtout quand c’est moi qui fait les questions et les réponses.

Sept joyaux inégaux pour une couronne à réserver quand même aux inconditionnelles (ls), mais je suis une inconditionnelle.( j’ai décidé que le masculin passerait après le féminin, ce n’est pas une faute de frappe. )

Le premier teste a pour titre « Nelson » . L’ amiral est invité à un dîner anglais, dans un manoir anglais. Normalement, ça donne un truc genre historique. Ben non, pas avec Echenoz, ça donne un texte de biais, une sorte de biographie des blessures du grand homme, dévoilées par paliers de batailles, et par paliers de difficultés pour … manger. Comme quoi, la grandeur n’a cure de la grandeur. On le croit en morceaux, le grand homme révéré, lorsqu’il s’échappe, raisonnablement, planter son rêve de grandeur patriotique maritime à coup de glands enfoncés dans la terre des ancêtres. Solitaire solidaire d’un rêve patriotique, Echenoz le campe, et puis s’en va.

Dans le second texte, « Caprice de la reine »,  l’écrivain va nous faire faire un exercice de style stérile et jubilatoire, dans une sorte de « tentative d’épuisement d’une campagne mayennaise ».Juste un tour sur nous même, de la main droite à la main droite, d’un point de départ à l’autre, le même. Somme toute, inutile de bouger, il suffit de tenir le crayon. Et Echenoz le lâche.

Après, on part à Babylone, l’antique citée splendide. Sauf que, là, j’avoue, j’ai ri. Enfin, j’ai souri en grand. Chez Echenoz, on ne rit pas, on surligne une courbe des lèvres vers le haut. On distance. On dérisoire. On prend de la hauteur, on se demande pourquoi le Hérodote a embelli sa description de Babylone. Ben oui, il y a des sujets essentiels chez Echenoz. A quelle fin le fin lettré aurait menti ? Qui en a cure ? Ce n’est pas le propos. Le propos est de le dire, et encore. ..Vacuité des mots? Vacuité des souvenirs ? vacuité du temps passé? Vacuité des des regards sur le monde ?Et Echenoz ne dit rien et Echenoz s’en va.

 « Génie civil » m’a régalé comme une esquisse de ces romans à la Echenoz sur les destins détournés par le hasard, d’un brouillard, d’un moment, un destin raté sans grandeur tragique. Un hasard précipite l’amour possible dans les eaux brumeuses ? Pas grave, que l’on se rassure, le monde tourne encore et reprend son sens, il suffit de quelques kilos de peinture.

Ironie douce amère, textes gigognes où surgit de l’infra ordinaire, l’extraordinaire, ou l’inverse. Echenoz parle d’un temps de l’écriture se fait, s’écoute presque, s’immobilise, se regarde en train de se faire. Il nous cisèle une vue imprenable sur pas grand chose, un vieux cinéma sur une grande avenue de la ville du Bourget, un projet de vie qui tient, dans la possibilité, ou pas, d’un sandwich au saucisson sec. Avec ou sans cornichon. Telle est la vraie question, ou pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :