La classe de neige, Emmanuel Carrère

Nicolas doit avoir 9 ou 10 ans, petit garçon un peu à part, c’est le rêveur. Craintif, dévoré de doutes, surprotégé, il ne sait pas se défendre de ses peurs. Et des peurs, il y en a cachées partout … Il faut dire que ses parents lui en ont collé beaucoup, des peurs, peur de l’enlèvement, peur des méchants messieurs qui font du mal aux enfants, même les très sages, peur des trafiquants d’organes qui guettent les petits frères dans l’ombre des fêtes foraines …

Le père de Nicolas, surtout, fait rempart contre le mal, qu’il voit partout. Il est voyageur de commerce, tout le temps sur les routes, il alimente la collection de bons de Nicolas. Avec les bons, il pourra avoir un bonhomme dont on peut enlever la peau en plastique pour voir les os. Quand il n’est pas sur les routes, il vacille, avachi de sommeil, dans le petit appartement, où jouent silencieusement, Nicolas et son petit frère et où la mère n’ose pas répondre au téléphone. C’est dire si on ne rigole pas …

Alors une classe de neige, avec les copains et la maîtresse, ce devrait être une bouffée d’air, un truc à courir partout. Et bien non. Nicolas, douze jours loin de chez lui, c’est l’angoisse, angoisse de ne pas savoir faire, de faire mal, au milieu des autres dont il ne maîtrise pas les codes. Et le séjour commence mal. Alors que le groupe est parti en autocar, c’est son père, qui le lendemain amène Nicolas au chalet, il en repart avec la valise de son fils. Première humiliation, le pyjama … 

La valise ne revient pas, et le séjour s’embourbe. Nicolas s’accroche à tous les protecteurs possibles, surtout à Patrick, le grand moniteur sympa, avec la queue de cheval blonde, qui le prend un peu sous son aile. Et puis, aussi, Hodman, un grand pour la classe, singulier, lui aussi, mais pas pour les mêmes raisons que Nicolas. Lui, il n’a même pas peur de son ombre. Seulement, son amitié est imprévisible, à double tranchant …

Dire que ce livre est angoissant serait le moindre des mots. On sent l’étau sur Nicolas, bien avant qu’il ne se referme,on guette le coup qui va l’atteindre. Dans sa tête, la mort entrechoque la petite sirène qui peine à devenir femme, le club des cinq traque les trafiquants d’organes, un rêve de manèges et de vie heureuse plane, mais les phares éblouissent les lapins sages …

Quand la bombe éclate, que le vrai danger tombe, le texte s’ouvre vers un blanc sans fond.

Une lecture commune avec Ingannmic, j’espère aussi convaincue que moi !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :