Sale temps pour le pays, Mickaël Mention

Alors que les instances policières sont secouées par des relents de corruption et que Thatcher grogne à la porte du pouvoir, le très compétent Georges Knox enquête. Ou plutôt, il tente d’enquêter, il tente de faire avancer l’enquête, mais l’enquête n’avance pas, un pas en avant et deux en arrière. La faute à un peu tout et un peu tout le monde ….

Le tueur reprend, s’arrête, change de lieu, et presque de victimes, le plus souvent quand même des prostituées occasionnelles, il fait évoluer son mode opératoire, s’améliore, presque … Il y a d’abord un lieu, Leeds, puis deux, puis, il revient, s’efface, ne laisse pas de traces, ou si peu que quand on les croise, le portrait robot ne donne rien non plus … Des fausses pistes, des riens qui ne se mettent pas bout à bout, qui glissent à côté, ne se mettent pas dans le puzzle.

D’où vient un roman policier qui piétine nous fasse si bien marcher ? Peut-être à cause de l’enquêteur qui a tout et rien du super héros solitaire (surtout les Ray ban, en fait), il s’englue et s’obsède, méprisant les flics plus ordinaires, même celui qui aurait pu être son allié, Mark, plus jeune et moins aguerri, bloqué à l’heure du ska …

Peut-être cette atmosphère, de l’impuissance face au sordide et aux contingences de l’histoire, qui n’est pas tant celle du sérial killer, mais du moment et du pays qui a permis ce sérial killer.

Peut-être des trouvailles d’écriture, l’insertion des bruits d’une machines à écrire, des sonneries des téléphones, du silence de ces fax qui ne marchent que sur un pied … Comme on est souvent pris par surprise, ces discordances fonctionnent pas mal du tout, on sursauterait presque !

Peut-être du rythme, car si l’enquête n’avance pas, il n’y a pas de temps morts pour les phrases, sèches et efficaces, sans empathie, qui donnent à voir les personnages et pas les victimes ( et pourtant il y en a un certain nombre …). Les fins de chapitres claquent et ferment des portes.

Et puis me voilà sans autre hypothèses, mais j’ai fini un sacré bon bon bouquin, dans le genre …

A lire, l’avis de Sandrine, par qui ce titre arriva chez moi . Un grand merci !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :