Les sortilèges du Cap Cod, Richard Russo

Ancien scénariste à Los Angeles, il est depuis un certain temps devenu prof de cinéma dans une université ; sans remords (ou presque …), il est passé de la côte Ouest à la côte Est, de la vie de bohème à une routine plus respectable, en accord ( ou presque …) avec lui même et le « contrat » passé avec sa femme, Joy, lors de leur lune de miel (il y a mis le temps …). 

Quand le récit commence, sa fille, Laura, grande, sage et belle, va se fiancer, après avoir marié sa meilleure amie et amie d’enfance. Sa femme, Joy, est toujours belle et à ses côtés, ou presque … Parce Jack a le malheur chevillé au corps et l’enfance encore saignante, elle sature. Il dit que non. Dit que c’est sa famille à elle, Joy, qui les étouffe depuis le début, veut les modéliser … Incultes, bornés, sécuritaires, le père amateur de golf à la courte vue, les jumeaux, militaires obtus, les sœurs, femmes au foyer pas mieux, comment la belle et pertinente Joy peut-elle les aimer, alors qu’il les déteste, les méprise, et depuis toutes ses années, passe beaucoup d’énergie à les éviter ou à les supporter ?

Elle dit sa fatigue de porter depuis si longtemps le malheur de son âme chevillée, depuis trop longtemps, en fait … Elle dit qu’il vit avec des fantômes ( ce qui se révélera fort juste). Pour lutter contre, se justifier à ses propres yeux, Jack se  coltine à ses souvenirs, ceux du drôle de couple que formèrent son père et sa mère, et à une nouvelle rédigée au temps des scénarios, et laissée aller ensuite. Il raconte ce qui focalisait toutes les aspirations de ses parents, le cap Cod, et ses étés au cap, surtout un, pour lui fondateur, celui raconté dans la nouvelle. Le cap Coq est l’endroit de la cristallisation des désirs des deux universitaires aigris qu’étaient ses parents. Chaque été, ils y retournaient pour y vivre un moment selon leur envie, enfin rendus à aux-mêmes, pensaient-ils, loin du Kansas pourri où ils se sentaient enchaînés. Chaque année, la location changeait, chaque année, elle ne satisfaisait pas leurs désirs. Ils épluchaient, chaque année, les catalogues pour un achat, une sorte de Nirvana à l’envers, rien n’était possible, entre les maisons « pas les moyens » et les « On me la donnerait que je n’en voudrais pas » . La rancœur se cultive, cet homme et cette femme, intellectuels de seconde zone, ont élevé la frustration et le mépris en art de vivre.

Jack a cru les anéantir en les tenant à distance. mais ils l’ont façonné, d’une certaine façon, et Joy voudrait bien passer à autre chose … Sauf que l’urne est toujours dans le coffre et que le portable de Jack, résonne de la voix de sa harpie de mère qui se déchaîne, l’année universitaire se terminant.

Le récit est donc entre ces deux mondes, le présent, l’agonie d’un couple, ( avec douceur et amour quand même, et peut-être espoir …) et l’agonie préméditée et construite du bonheur, toujours remis à plus tard. Ce pourrait être triste et lent, mais au contraire, le récit est rythmé et drôle, surtout vers la fin, où l’auteur se lance dans un contre pied burlesque, risqué et vraiment réussi, une sorte de déconfiture décapante d’un mariage annoncé…. Couper le cordon, se lancer dans la non transmission génétique, lâcher les urnes …. Pas si facile !

Bref, confondant le nom de cet auteur avec Musso, Mussi ou Levy, je passais à côté d’une chouette découverte, me voilà partie pour continuer, car j’ai beaucoup aimé ce personnage, juste plein d’âmes ( et de fantômes torves, aussi !)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :