Karitas, Kristin Maria Baldursdottir

 

Karitas est donc un roman écrit par une femme islandaise. Un roman islandais, par conséquent (je vous préviens, c’est une note de fainéante ….)  un de ces romans qui amène une note qui aligne les grands mots, tout faits pour lui, alors je vais le faire, sans complexe aucun puisque je n’ai aucune autre idée ( sauf des toutes faites) pour dire que ce roman est vraiment drôlement bien.

Saga, destin de femme, fresque historique et sociale, passions, tourments, mère-courage ( au moins deux), froid polaire, immense espace des glaciers, (un seul en réalité, mais très grand et très haut), vents glacials, maux de mer, marins, homme fatal (un seul mais très fatal), condition féminine, Islande, début du siècle, choix cornéliens, fatalité de la passion, destins de femmes ( je sais, je l’ai déjà dit mais là, c’est au pluriel, c’est parce qu’il y en beaucoup, des destins et des femmes, des hors normes, des plus ordinaires, des hors normes ordinaires, aussi), vocation, âme tourmentée par la vocation, âme d’artiste tourmenté par la vocation, vocation contrariée par la beauté de l’unique homme fatal, sacrifice, prénoms islandais impossible à taper sur un clavier français normal mais trop dursà retenir, famille, valeurs de la famille, drames, tonneaux de harengs ( des tonnes de harengs, à éventrer, à saler, après, il faut les dessaler pour les manger, c’est comme les vaches, il faut sans arrêt les traire, et les crêpes aussi, les faire, je veux dire, parce que traire des crêpes islandaises ou non, je ne vois pas cela possible), adversité des éléments, adversité des sentiments. Il y a aussi des moutons, des caleçons longs en laine de moutons, des chaussures en cuir de la ville, trois sœurs, trois frères, des robes à tailler, des chats, deux machines à coudre, des celliers à remplir (au moins trois), des enfants à naître ou à mourir.

Voilà, je crois que n’ai à peu près rien oublié. Pour le résumé, il faut juste remettre les mots dans l’ordre, avec les accents où il faut pour les prénoms des personnages et pour les lieux, et c’est bon, bon comme une saga islandaise avec destin de femme et histoire d’amour.

 

PS : Karitas est le prénom de l’héroïne ( je veux dire le principal destin de femme) et s’écrit sans accent, c’est un indice, pour le résumé, on peut commencer par lui.

Un commentaire sur “Karitas, Kristin Maria Baldursdottir

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :