Contrée indienne, Dorothy Mac Johnson

L’univers du far-west est le seul exploré par ces onze histoires, chacune centrée sur un personnage, soit indien, soit blanc, soit homme soit femme ; c’est une vue panoramique par petites touches humaines, sans qu’il y ait de blanc ou de noir, sans jugement moral, sans jugement de valeur. On est ballotté de chaque côté de la frontière de l’est, au rythme de son recul vers l’océan ; on passe des débuts de la conquête, du temps où les tribus indiennes avaient encore leur culture intouchée, à la fin, où elles sont parquées par les blancs et que les rites sont oubliés des jeunes qui portent lunettes de soleil et chemises cintrées pour partir faire la guerre en Europe …

L’éditeur dit « chef d’oeuvre » et ma foi, je surenchéris. Et pourtant, ce sont des nouvelles et moi, normalement, les nouvelles, je n’aime pas trop car le genre me laisse sur ma faim. C’est aussi le cas ici, parce que j’aurais pu en avaler plein d’autres des pépites de nouvelles comme cela, des petits cailloux de vies …. J’y ai retrouvé l’imaginaire de « Little big man », avec du « Duel au soleil » mais sans les couleurs en cinémascope, il y a du western spaguetti, mais sans les violons ( ou l’harmonica), les personnages de cet univers devenu mythique y sont, mais ce sont de simples personnes, ni grandes, ni cruelles, de simples aventures vécues dans un quotidien rude et poussiéreux : la perte d’une petite fille, une femme devenue indienne, un ranch détruit, un homme qui cherche son frère, un guerrier indien qui cherche son rêve …. 

Le tour de force est aussi dans l’écriture, quasi aussi sèche que l’herbe des prairies, et sans fioritures, sans temps à perdre dans l’analyse du bien et du mal. Pas de méchants ni de gentils, juste les embûches, les deux mondes qui se frôlent, ne se regardent pas, sec comme un coup de trique, un kaléïdoscope de petits riens aussi efficace qu’un pavé.

Une mention spéciale pour l’éditeur, un homme qui a eu assez d’humour pour dédicacer mon exemplaire en forme de promesse … Monsieur Gallmester, merci pour tout ! (on ne sait jamais, si il passe par ici ….)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :