La servante écarlate, Margaret Atwwod

Que celle ou celui qui n’a jamais laissé traîner un titre noté sur un blog sur son étagère en se disant : « Ce doit être bien, mais, là, je prends celui d’à côté », me jette la pierre. Moi, cela doit faire deux ans que j’avais « La servante écarlate » en réserve, et maintenant que je viens de le finir, je me demande bien pourquoi, vu que ce livre est juste magistral, ou génial, ou indispensable, ou autres  synonymes de : « Il faut le lire maintenant là, tout de suite ».

Delfred est la narratrice et le personnage principal du roman, elle est aussi la servante écarlate. Dans ce monde où les femmes sont rangées par ordre d’utilité, une servante écarlate est une femme qui a été choisie, parce qu’elle a déjà produit un enfant, pour assurer la reproduction auprès de hauts dignitaires du régime qui n’ont pu concevoir encore ( à cause de leur femme au foyer, évidemment). Ainsi, on accorde à ces hommes la possibilité d’avoir une sorte de service de reproduction obligatoire à demeure. De reproduction, pas de sexe, ni de désir, ni de plaisir. Le désir n’existe plus dans la nouvelle république de Gilead. Il fut un temps, et Delfred s’en souvient, où les hommes et les femmes formaient un couple avec de l’amour dedans et se tenaient la main et se touchaient les corps avec sueur et plaisir. Les enfants, alors, ne manquaient pas. Et comme on pouvait les choisir et changer d’hommes et même aimer les femmes, ce temps là n’est plus et les relations humaines ont été reprises en main et reconstruites par la religion de la vertu (aucune religion n’étant nommée dans le livre, je la nomme ainsi, c’est une vertu déviée, évidemment, par le rigorisme de la dictature).

Une servante écarlate se signale à l’extérieur car elle doit être toute de rouge vêtue, gantée, encornetée, dissimulée. Ses jupes ne doivent être soulevées que par le maître de maison, lors de cérémonies ritualisées et sous le regard de l’épouse inféconde. La la dictature manque d’enfants et la situation de guerre en demande.

Les différentes strates de cet univers sont à l’avenant, le fanatisme religieux du régime nourrit les peurs et tue les âmes. Ainsi Defred sait qu’une autre servante l’a précédée dans la chambre aseptisée où elle est reléguée solitaire, lorsqu’elle n’est pas de courses ou de service commandé..Mais que sont les autres devenues, les amies d’avant, les mères et les filles d’avant,? Il y a des exécutions, des camps, des rumeurs et des cérémonies expiatoires ….

Le roman met en place un univers dystopique, à la fois violent et feutré et vu de l’intérieur, voilà, je crois, la singularité romanesque de ce texte. Defred n’est pas une révoltée, ni même vraiment ne se sent victime, elle regarde, subit et attend, tente de survivre sans dignité et pourtant aux aguets d’un frémissement, d’une porte, d’un regard … Le livre commence par planter son décor, la grande maison du maître, l’épouse, le mépris, et ses frémissements d’âmes à elle, puis l’intime lève le voile sur les rouages cyniques que la dictature de la vertu a mis en place, semble-t-il pour toujours.

Que les femmes soient souvent, dans l’histoire, la vraie, la première cible des fanatismes religieux, voilà ce dont on ne peut douter, et le regard de cette femme de fiction, dans son doute, son trouble, montre aussi ce que la frustration fait à l’homme.

Je me répète, juste magistral.

Merci Ingammnic !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :