Le phare, P.D James

Tout d’abord, l’objet fut apprivoisé assez rapidement, je dois le dire fièrement, il s’avère notamment très pratique pour manger en continuant à lire. Manger autre chose que des fraises tagada, je veux dire. J’ai ainsi pu, sans dommage, assouvir une fringale express et irrépressible de tartines de « rillettes Hénaff sur pain italien », alors que l’inspecteur principal (le roman est un policier, de facture classique) se faisait réchauffer un osso bucco. Le pain, c’est ce que j’avais de plus italien chez moi sous la main, et, je peux l’affirmer, la liseuse permet un parfait tartinage de rillettes bretonnes en boite en kit mains libres.

Un truc gênant, mais ce n’est pas la faute de la liseuse, l’affichage des pourcentages. 75% de lu, j’imagine que cela veut dire que c’est bientôt fini … mais bientôt fini, c’est combien de pages à lire encore ? Bon 25 %, je suppose, mais 25 % de pages sur combien ? Parce que cela fait combien de pages 100 % ? Le livre, vous allez me dire. Mais les pourcentages, moi, ils ne me causent que pendant les soldes : à partir de 50 %, je sais que c’est moitié moins. Fastoche. Mais; là moitié moins de quoi ? Une liseuse, c’est plat et n’affiche pas les prix de départ.

Le principal obstacle, quand même, fut le texte en lui même, d’où mon intérêt croissant pour les pourcentages. Mais qu’il est long, qu’il est long, mais vraiment long ( et je vois la longueur de ma note s’allonger, pas de pourcentages à l’horizon, Hautetfort ne comptabilise pas le nombre d’arrêt en route de la lecture des notes, heureusement pour moi …). A 47 %, l’inspecteur principal interroge son premier suspect. Dans les 20 % du début, on a eu la présentation de l’inspecteur, de l’inspectrice et du sous inspecteur ( il faudrait que je rouvre la liseuse pour retrouver les noms et les caractéristiques de chacun, et comme je ne sais plus à quels %, ils apparaissent, j’ai la flemme. Disons, un poète, une complexée sociale et un arriviste bel homme mais qui se tient à sa place (pourquoi en dire qu’il est arriviste bel homme, alors ? je ne sais pas, Y’a pas la fonction explication sur la liseuse)

Sur une île au large de l’Angleterre, une mort suspecte nécessite que les trois s’y rendent dare dare, vu que le mort est un écrivain très célèbre. En chemin, on apprend qu’ils font leur sac ( chacun leur tour), ce qu’ils y mettent et pourquoi, qu’ils prennent l’hélicoptère et que l’inspectrice, elle lit pendant le voyage parce qu’elle a un peu peur. On ne sait pas si elle lit sur liseuse, elle. Mais moi en hélico, j’aurais peur aussi, liseuse ou pas … Surtout qu’elle vient de quitter un amant super top.

L’île a un statut très particulier ; n’y sont reçus que des invités de marque et de marque prestigieuse pour y retrouver calme et sérénité : comprendre, ils sont hébergés dans des cottages en pierre d’où l’on voit la mer, il n’y a pas un seul magasin, ni même une piscine. Les falaises sont battues par les vents, les cheminées fonctionnent, pas de soucis, et le phare est rouge. Normal. 

La paix, le silence, les repas, les bons vins, le bois de chauffage et tout le reste sont fournis par les résidents de l’île, chargés de son administration discrète : le commandant, le médecin, l’infirmière ( sa femme), le marin, la cuisinière, l’intendante, une jeune fille recueillie sur l’île par le marin. Il y a  aussi une invitée à demeure permanente, une intello irascible et son ex-chauffeur (vu que sur l’île, il n’y a pas de voitures, normal) ….On a droit à un portrait pour chacun pareil que les trois autres, sauf qu’ils ne font pas leur sac, mais que certains ont un passé trouble … Ha, oui, il y a aussi la fille de l’écrivain, et son fiancé, les deux furent exploités par l’écrivain. L’écrivain étant très méchant, personne ne le regrette vraiment. Sauf moi, parce qu’il aurait pu rendre toute cette histoire un plus plus coriace. (on  est a 40%, là)

Voilà, je m’y copieusement ennuyée dans ce texte, comme on l’aura compris, et même, je pense qu’à des moments, mon handicap des pourcentages a contaminé ma logique des phrases. Ainsi, lorsque je lis qu’un homme, retrouvé mort le crâne fracassé sur le sol d’une église, a dû mourir sur place parce que les draps de son lit ne sont pas défaits, je secoue la liseuse pour voir si l’engin n’a pas une fonction boule de neige, ou boule de cristal qui s’est mise sur le mode off, sans prévenir. 

Bref, dernier handicap de la liseuse, elle ne veut pas tourner les pages plus vite, enfin, pas la mienne, elle s’embrouille …

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :