Congo, Eric Vuillard

Un titre jamais vu nul part, un auteur jamais lu, un bandeau rouge « Acte sud fait sa rentrée », vu que l’autre, la grande, la vraie me laisse sans curiosité aucune, je me suis laissée tenter par ce court texte, un récit est-il annoncé, parce que cette histoire-là du Congo colonial m’intéresse et que je culpabilise à mort (ou presque) de laisser poireauter, le parait-il excellentissime « Congo, une histoire » de David Van Reybrouck sur mes étagères depuis au moins deux ans et demi … Mais celui-ci, il est petit … Petit mais fichtrement bien écrit, avec pleins de mots riches et lourds qui sonnent comme des pavés dans la mare du libre échange du temps où il voilait encore sa face noire en des remugles diplomatiques. 

 La table est mise en ce 15 novembre 1884 au palais Radziwill, à Berlin pour que s’y assoient les puissances européennes colonialistes. Le monde est déjà bien partagé mais il en restait des bouts vierges en Afrique. C’est une grosse part qu’en veut Léopold II, roi des Belges, une grosse part de fleuves, de lianes et d’arbres à caoutchouc. Il veut un pays pour en être le pharaon et comme ce pays n’existe pas, les diplomates vont l’inventer, pour lui, et que tout le monde soit content de la part déjà attribuée et que les parts des uns commercent « librement » avec les parts des autres. 

L’auteur ne retrace pas chronologiquement cette affaire mégalomaniaque de gros sous, mais il croque d’une plume acérée quelques portraits des grands manitous : les diplomates, dont le français, Chodron de Courcel, aux sourires plantés de longues dents efficaces, les conseillers aux affaires, dont les les Goffinet, sorte de résurgences à plastrons, ventres et moustaches des monstres préhistoriques herbivores à larges mâchoires. Tous contribuent à la dévoration du pays « qui n’existait pas », un pays fantôme, construit pour être spolié par la machine de la diplomatie économique.

Ces grands décideurs vont lâcher la meute des exécutants ordinaires des basses œuvres sur le terrain. Charles Lemaire, chargé de défricher et de trouver assez d’hommes pour mettre les machines en route, brûler les villages lui semblera le moyen le plus efficace. Puis, Fievez, un homme qui aurait été le modèle du personnage de Kurtz dans le roman de Conrad, dont l’auteur dit qu’il était « un de ces meurtriers qu’on utilise, un de ces enfants fous employés dans la grande machine ». Lui, il instaurera la loi des mains coupées en son « royaume de lianes ». On les lui rapportera par paniers entiers.

L’intérêt de ce récit n’est pas vraiment historique, on n’y apprend finalement peu de faits nouveaux, les atrocités commises sont une terrible toile de fond, l’auteur s’attarde plutôt sur l’interrogation autour de ces quelques hommes, « les géographes en habits », les exécuteurs des basses besognes, aux motivations mercantiles et égocentriques. Pointe surtout la voix de la culpabilité et une dernière page de toute beauté où sonne la révolte humaniste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :