La solitude des nombres premiers, Paolo Giordano

 2760889966649 est Mattia, 276088996651 est Alice et « La solitude des nombres premiers » est le second livre lu de mon tas ramené de l’excursion avec ma copine C. de jardin buissonnier, excursion destinée à dénicher des livres qui faisaient rire. Même seulement sourire. « Noces de neige« , c’était déjà pas çà, mais alors là, on atterrit très loin du point de base …

Les deux trajectoires de ces deux personnages, OVNI du monde, commencent chacune par un drame qui les propulsent chacun dans le leur, de monde, et les ferment radicalement à celui des autres. 

Pour Alice, cela aurait pas être rien d’autre qu’un banal accident de ski, un jour de brouillard, un péroné qui claque, et on n’en parle plus. Mais Alice n’avalera pas cette chute, cet « oubli » paternel, et rapidement, l’adolescente n’avalera plus rien, s’enfermant en elle et dans la salle de bain, loin du père, et elle promène avec obstination et impuissance ses doigts sur les cicatrices cruelles du corps et de l’âme.

Au lycée, Alice se terre et se frotte peu aux autres. Jusqu’au moment où Viola, chef de bande, va jeter son œil séduisant et prédateur, sur l’adolescente. 

Mattia, lui, est l’autre jumeau solitaire, solitaire d’une autre jumelle dont il porte l’indicible différence, à jamais coupable d’un autre « oubli ». Il est d’une autre planète, autosuffisante, et si si lui se nourrit, c’est de chiffres. Surdoué, muré, il attire et refroidit toute tentative d’approche.

Pourtant, ces deux là vont se croiser, se reconnaître, ou plutôt, reconnaître en l’autre le miroir sans fond de leur solitude. d’années en années, ils vont tenter de se toucher, de se joindre, bulle contre bulle et silences contre silences.

Dans les premières pages, ce livre m’a agacée, un livre de trop pour moi sur les adolescentes souffrances, et puis non, pas vraiment, ou pas seulement. Parce que les personnages marchent sur une corde si raide et si coupante, si vibrante, que l’on n’a pas envie de les laisser tomber, sans savoir si au bout de la démarche claudicante qui est la leur, sur le fil de ce rasoir qui les sépare, ils n’arriveront pas à se regarder, et à, éventuellement, prendre vie. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :