Le dernier gardien d’Ellis Island, Gaëlle Josse

Un lieu immobile, un temps figé comme frappé d’éternité d’avant l’heure, après « Les heures silencieuses » (un intérieur hollandais figé comme un tableau de maître), et « Noces de neige » ( deux wagons ferroviaires confinant leur voyageuse dans un roulis de sentiments), voilà exposée ici l’âme tourmentée de celui qui aurait été le dernier gardien des « portes d’or ».

Une âme qui se barre à tous les vents et jette sur des feuillets les derniers soubresauts d’un solitaire avant fermeture du site. Nous sommes le 3 novembre 1954. L’univers de John Mitchell se clôt. Définitivement. Ellis island ne sert vraiment plus à grand chose depuis longtemps, de toute façon et lui non plus.

Inspirée par un lieu réel, l’histoire du personnage est fictive. A jamais dédiés aux rêves, à leur mort, et à la solitude, lieu et homme ne semble nt faire qu’un. Lieu clos où arrivaient tous les éclopés de l’espoir européen, le cœur de l’homme s’est lui aussi fermé aux échos de celui que les émigrants venaient chercher, les lumières de Brooklyn, de la vie, de la liberté. Ils sont passés. Il est resté là. Il se contente des limites de cette île depuis la mort de sa femme, la sœur de son meilleur ami. Et John Mitchell ne semble rien avoir vécu d’autre comme palpitations de cœur, que ces moments de moments domestiques, comme éclairés de l’intérieur d’un phare qui marcherait à la lampe à huile.

Un coup bref, un noir long, un coup bref, un autre noir long. Bref, heureusement qu’il n’était pas un vrai phare, sinon, les candidats à l’exil américain n’auraient jamais trouvé la porte de leur rêve …

Ces hommes et ces femmes défilent devant sa mémoire comme derrière un rideau flouté en noir et blanc, sous-titrés de son silence, ces irlandais, ces juifs, ces italiens, ces vagues successives d’hommes en valise et de femmes en jupons, photographiés par A. Sherman , le maître des lieux, n’en a pas vraiment regardé beaucoup. Sauf, pour on ne sait trop quelle obscure raison,  une jeune calabraise qui fera à nouveau chauffer et brûler les ardeurs amoureuses endormies du capitaine fantôme. 

Deux flash-back, deux femmes aimées dont une amante mal aimée, et le récit se dilue dans la solitude. Un peu de sécheresse donc, pour moi, dans ce récit si dépouillé de passion qu’il en entraîne un brin de déception car le personnage, maillon de l’exil, est si exilé lui-même en lui même, qu’il coupe le lien avec le lecteur, par moment. Dire le silence, faut dire, ce n’est pas facile non plus. Mais ici, c’est quand même drôlement bien dit. C’est déjà ça.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :