Zombi, Joyce Carole Oates

Le texte se présente sous la forme d’un journal intime, celui d’un tueur psychopathe qui ne se désigne que par ses initiales, Q.P. Il est le fils d’américains moyens- supérieurs, intellectuels. Le père, professeur à l’université, a une barbichette, un peu d’entregent et surtout une capacité d’auto aveuglement à toute épreuve. Pourtant averti par une première condamnation qui a pris Q.P. en flagrant délit d’attrapage de bistouquette dans la culotte d’un autre plus petit que lui, il ne voit pas en son fils ce que le lecteur, lui, est bien obligé de constater. Q.P. est un être profondément malsain, incurablement cruel et sadique, d’un sadisme sans remords. 

Q.P. est obsédé par la recherche du zombi parfait, un sex-toy décervelé qui assouvirait toutes les pulsions de son maître : pulsions dont je vous fait grâce. Le problème avec le zombi, c’est qu’il n’existe pas encore.  Il faut le traquer (parmi les pauvres et les noirs, de préférence), le trouver, l’enlever, et le transformer en zombi à l’aide (entre autre) d’un pic à glace. Opération qui s’avère plus difficile que prévue à maîtriser. Et Q.P. loupe souvent l’introduction de l’instrument et ça gicle et ça sperme à tout va.

Pourtant, il passe à travers les mailles de la justice donne le change à ses parents, il connait le rôle à jouer, passe la tondeuse sur la pelouse de la grand-mère qui lui finance du coup, quelques petits « extras » …Les chapitres enchaînent les sévices sans créer de tension, et les méthodiques et laborieuses tentatves du tueur pour parvenir à son but, sont juste ignobles et tombent à plat. Même pour les victimes, on ne frémit pas, tant elle n’ont pas de consistance humaine, ce qui est logique, puisqu’on est dans la tête du tueur qui ne compte qu’en faire un usage limité, de leur humanité.

Ajoutez à cela quelques parti-pris visant à faire psychopathe et qui ne font que neuneu : les parents, nommés comme « papa et maman », l’insertion de dessins dignes de la dextérité d’un gamin de trois ans, la troisième personne utilisé à la place de la première (pour faire schizophrène ?), et un vocabulaire plus pauvre que celui d’un zombi playmobil, même moyen et normal, et on peut passer à un autre titre de l’auteure, ce n’est pas ce qui manque …

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :