Catharsis, Erik Axl Sund

Après une pause passée, en gros, à digérer les deux premiers tomes en allant faire autre que de tourner des pages pleines de crimes sordides, je reprends ma « catharsis » à moi et me jette dans ce troisième et dernier tome, histoire d’en finir avec l’addiction. Et je m’essouffle assez rapidement. 

Je prends même le temps de lire la quatrième et là oups ! Je découvre que « ce livre est porté par une écriture térébrante ». C’est quoi cet adjectif qui a un goût de fautes de frappe ? Fière de ma découverte sarcastique, je déchante vite car « térébrante » existe et qualifie « une douleur profonde donnant l’impression d’un clou que l’on enfonce dans les tissus ». Et c’est exactement cela dont souffre Sofia depuis le début, en réalité. Comme quoi, j’aurais mis trois tomes à trouver un adjectif juste pour qualifier un personnage, moi, alors qu’il avait qu’à retourner le bouquin …

Côté histoire, il faut le dire, je ne suis plus très bien … En plus de Victoria qui avait déjà tendance à disparaître-réapparaître, et à Sofia, son alias aux multiples autres alias, est apparue Madeleine, d’abord entre les lignes, elle prend ici, petit à petit, la place des deux autres, qui du coup s’estompent et se diluent dans les crimes précédents.

J’ai un peu de mal à recoller les morceaux précédents avec la nouvelle venue … Mais Jeanette, toujours fidèle limière, suit mieux que moi les méandres de sa propre enquête, et si moi, j’ai un peu oublié comment elle en est arrivée à tout comprendre, elle, elle a l’air de savoir où elle va et donc, je la suis, y’a plus qu’à lui faire confiance à elle, c’est la seule qui reste la même depuis le début. 

Des coupables potentiels, pourtant, le nombre se restreint, et Jeanette resserre l’étau autour du méchant absolu. Elle ne sauvera pas tout le monde, mais Sofia se délivrera d’elle(s)-même(s).

En refermant ce troisième tome, l’addiction est passée, j’ai eu mon compte de carnages et d’abominations. Finalement, reste un un petit goût de vacuité. Tant de crimes, tant de fils obscurs à suivre, tant de personnages, tant de voix égarées pour tant de voies de garage, et pour aboutir à peu de choses à en dire. « Térébrante » me restera, par contre, et le goût des lectures communes sur canapé !

Encore merci A.P. !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :