Les nuits de Reykjavik Arnaldur Indridason

je ne sais pas, moi, juste un frémissement de plaisir devant un plat de pommes de terre aux choux, une seconde d’extase face à un dos de cabillaud fumé … face à lui, les icebergs font demi-tour de désespoir, ou fondent de tristesse compatissante …

Un titre qui pourrait être sous-titré « Erlendur au pays des clochards », puisque l’on ne va guère quitter cet aspect de la « grande » ville, un zoom qui balise la ville de personnages à la vie sordide, forcément … L’histoire commence un an après la mort de l’un d’entre eux, Hannibal, qu’Erlendur a croisé plusieurs fois avant sa chute mortelle dans une flaque d’eau noirâtre, le jeune policier avait aidé un peu l’homme cabossé. 

Pourquoi un an après ? Allez savoir avec Erlendur  … peut-être avait-il sombré dans un coma post traumatique suite à un moment de jouissance précoce dont il n’espérait pas tant ….

Donc, depuis un an, il repense à ce jour où Hannibal a été retrouvé noyé dans une fosse par des enfants qui jouaient dans d’anciennes tourbières abandonnées (non aménagées pour, il va sans dire …), sous le ciel bas et lourd qui va avec, et donne sa singularité à la géographie « indridasonnienne ». Une première scène qui vous plombe, un quartier de sonorités rauques : Hvassaluti, derrière le boulevard Miklabrant, bordé par les immeubles de Storagerdi, c’est là où vivent les enfants qui jouant à naviguer sur les fosses d’eau sur le radeau qu’ils ont construit avec des détritus de bois, vont accrocher un sac plastique qui n’était pas un sac plastique mais l’anorak vert d’Hannibal, avec Hannibal dedans … (ouf, je retombe sur le début de l’histoire … Il fait si noir là-dedans que j’ai bien cru que j’allais en perdre la trace. Moi, je pense qu’Indridason écrit avec un stylo fluo, ou à pile, ce n’est pas possible autrement …).

Erlendur commence une enquête, ou plutôt, tâtonne, furète, croise les pertes et de petits détails en rencontres et souvenirs, il déterre des passés glauques de clochards, qui bien évidemment, croisent des traces de disparues.

Que le plaisir d’un dernier Indridason soit de retrouver la première enquête d’Erlendur, qui contient déjà toutes les autres, voilà qui peut paraître paradoxal et anecdotique, surtout qu’on ne saute pas de joie, même aux meilleures nouvelles ( si, si, il y en a, quoique ….) au pays où le soleil ne semble jamais vraiment se lever, et dont la géographie imprononçable fait le charme de l’exotisme du froid. 

Anecdotique mais pour les fidèles de la série, Marion fait son apparition ici, et il est toujours impossible de savoir si ce personnage est féminin ou masculin. j’ai guetté toutes les terminaisons des participes passés, aucun indice ne filtre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :