Pietra viva, Léonor de Récondo

Moi, la pierre, ça ne me parle pas. Je n’ai pas l’oreille. Ce n’est pas comme le bois. Le bois, j’ai l’œil. Sans me vanter et paraître me hausser du col, je reconnais un plancher en chêne d’un parquet en châtaigner quasi à l’odeur. Je ne vous parle même pas d’un sol en stratifié, plancher clipsé, mon poil se hérisse à la vue de cette hérésie esthétique.

Mais le marbre, non. Ses veinures, son éclat, connais pas. Sauf que la Piéta, j’avais quatorze quand j’ai éclaté en sanglot devant. Je ne savais pas que la beauté pouvait tirer des larmes. Surtout la beauté en marbre. Il faut bien le dire, à quatorze ans, j’étais rentrée dans la basilique Saint Pierre comme toute ado de quatorze ans rentre dans la Basilique Saint Pierre, en traînant des pieds derrière les parents munis du guide, que je refusais de lire par anti-conformisme, anti touristique de base. Du coup, la Piéta, elle m’a prise par surprise, sans prévenir. Encore aujourd’hui, je ne me souviens que d’elle, et moi devant, pleurant sans même savoir pourquoi. ( quant à la tête des parents découvrant leur ado en mystique miraculée de la beauté du marbre … mystère …)

Alors ce livre, Michelangelo, la vie de la pierre, la vie dans la pierre, je me disais, il est pour moi. Comme il a déjà fini la Piéta, je n’avais pas pris les kleenex (et puis, je n’ai plus quatorze ans, faut dire, je suis prévenue maintenant, qu’il faut faire gaffe avec la beauté …). Michelangelo dissèque des cadavres dans un monastère jusqu’à la mort du bel Andréa, la langue est belle, j’aime. Il part à Carrare choisir le marbre pour le tombeau de Jules II, je suis, la blancheur de la montagne, le regard de l’artiste qui voit les formes dans les blocs, dont les mains frémissent de donner forme à la vie qui est enfermée dedans, je conçois (ça me fait la même chose avec le plancher, toute proportions gardées, je n’ai jamais dégagé de vie d’une latte de châtaigner …)

Et puis, Michel Ange se détourne de sa quête la pierre pour se centrer sur la quête de lui, ou plutôt sur la reconquête de ses souvenirs d’enfance. Plus précisément des souvenirs de sa mère qu’il a perdu trop jeune et qu’il a enfermés dans une boite, dont il a jeté la clef, clef que ses sens lui redonnent un par un.

Un créateur aussi gigantissime en misanthrope affectif, ce n’est pas le livre que j’avais envie de lire, c’est comme une piéta en modèle réduit, ça tasse le sujet, je trouve. Effectivement, c’est un beau moment hors du temps, un face à face avec ses failles, une belle parabole, se récréer soi-même, s’apaiser, se réconcilier, retrouver la vie en soi en même temps que la donner à la pierre …. Mais voilà, il m’a manqué le foisonnement de la Renaissance, le Jules II, les Médicis, la tension des esclaves, le Moïse grandiloquent, la disproportion du David. 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :