Robert Mitchum ne revient pas, Jean Hatzfeld

Vahidin et Marija sont tous les deux bosniaques, tous les deux jeunes, amoureux, et tous les deux tendus comme des arcs en vue de leur participation aux prochains jeux olympiques de Barcelone. Ils pratiquent, dans la même équipe, le tir sur cible de papier. Nous sommes en 1992.  Et Vahidin en est certain, la médaille d’or est pour Marija. Sa technique n’est pas orthodoxe mais elle est la meilleure, la fine fleur de l’équipe de Yougoslavie. Parce qu’il est encore question d’être Yougoslaves, d’être ensemble et de tirer pour la seule compétition. Mais plus pour très longtemps, on s’en doute.

Ils entendent des tirs, au dela de leur bulle d’entrainement,  sans vraiment savoir que l’armée serbe entoure Sarajevo. Détail qui n’en pas un, lui est musulman, elle est serbe: un musulman pas pratiquant et une serbe pas convaincue de sa supériorité raciale sur lui. En fait, ils n’en ont cure, pas plus que le chien, Robert Mitchum.

Celui qui ne revient pas, c’est Vahidin. Parti accompagner sa mère et ses soeurs à Sarajevo entre deux séances de tirs, il se retrouve enfermé à l’intérieur de la ville, et Marija, à l’extérieur. Tout reste alors en suspens, Barcelone, le tir, la médaille, l’amour. Pour toute la durée du siège et même un peu au delà. Sans qu’ils sachent ce que l’autre devient, puis sans trop vouloir le savoir, les deux trajectoires en parallèle, de tireurs sur cible de papier, ils vont être recrutés pour mettre leur talent au service de leur camp, et devenir sniper et chasseur de snipers.

Prévisible ? Oui, mais, ce que réussit le roman, c’est que ce prévisible ne soit pas dramatisé, dans leur épaisseur de non-dits, les deux personnages ne s’apitoient pas, ils n’ont rien voulu, ils ont juste été pris dans la nasse, dans la réalité de l’immédiat. C’est la guerre et ils savent tirer, mieux que les autres.

Enfermés dans un espace clos que le reste du monde regarde s’effondrer à la télévision, la trajectoire des balles compte davantage que les cibles atteintes, ou presque, jusqu’à ce qu’une diva américaine n’en soit la victime, et Marija la supposée coupable. 

Ce que le roman fait parfaitement mesurer, ce sont les fractales définitives de cette guerre entre voisins. D’un côté ou de l’autre du viseur ou du canon, on se connait, voire on se reconnait, on entend parler des uns, des autres. Affleure alors la nostalgie des loukoums perdus, de l’odeur du café oriental, les souvenirs des jeux de Sarajevo, comme un dernier moment de la fraternité oubliée, d’un temps où les Tchetniks serbes ne partaient pas sous les applaudissements des villageois, violer et massacrer ceux du village d’à côté. L’étrange de cette guerre fut de connaitre le visage de l’autre, et parfois même, de l’avoir aimé.

Ce qui est frappant aussi dans ce roman, est l’importance donnée à la permanence de la nature. En contre point silencieux des immeubles explosés, des voitures qui zigzaguent dans le viseur, forêts, buissons, hautes herbes, fossés, étangs, restent, eux, comme des témoins de la beauté d’avant l’auto destruction des hommes.

Une lecture à compléter avec les images de Pierre Marques, publiées avec un texte (très anecdotique, par contre) de Mathias Enard, dans Tout sera oublié.

Avec une pensée, évidemment, pour Vélibor Colic, celui de la véhémence rageuse d’Archange

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :