La place de l’étoile, Modiano

1) Je n’avais jamais lu de Modiano (du moins le croyais-je en toute sincérité, ce qui annonce le crime n°5). Sentant son étoile monter, et mon inculture avec, je me suis lancée dans l’achat de « La place de l’étoile », un des premiers, je crois, me disant qu’autant prendre le fil de l’admiration dans le sens chronologique, vu que pour l’anticipation, c’était loupé.

2) J’ai commencé ma lecture bien sagement et j’ai perdu le fil. Au point que, quand j’ai vu mon homme passer avec « L’arabe du futur » sous le coude, je me suis jetée sur lui pour, quasi, la lui arracher des mains. Or, il est rare que je laisse une lecture en plan pour une autre. Du coup, j’ai fourré le Modiano je ne sais plus où, et je l’ai oublié.

3) En retournant les coussins de mon canapé de lecture, horreur et damnation de prix nobel, voilà que je me retrouve nez à nez avec le Modiano oublié ( que je ne recherchais même pas, par conséquent. Autre stupéfaction, je l’avais oublié à la moitié de l’histoire (et non pas quasiment à la fin, comme ma mémoire subliminale avait voulu me le laisser croire.) Vu que le gars, il écrit un peu sur l’oubli, et tout ça, ses multiples trous, je me suis dit que j’allais m’y recoller dare-dare, si ça se trouve, c’est contagieux, les trous.

4) Et recoller s’avéra plus compliqué que prévu. Je n’ai rien compris aux tribulations de Raphaël Schlemilavitch et à ses multiples réincarnations hallucinées. Avatar du juif errant, il en prend tour à tour toutes les facettes et en occupe tous les lieux de mémoire fantasmée ; le coupable, le lâche, le sardanapale, l’intello, le flambeur cosmopolite … (dans le désordre). il épuise le juif littéraire en une suite caracolante d’épisodes truffés de références à notre « bonne France » collaborationniste, Sachs, Brasillach, Céline, défilent. Le personnage se métamorphose en un kaléidoscope d’identités à triple entente : une fortune mal acquise et dilapidée en vies rêvées et liaisons amoureuses qu’avortent un suicide, un abandon crapuleux, une réincarnation de Proust dans un chateau de Guermantes où la belle descendante d’Aliénor d’Aquitaine se révèle être une Messaline déguisée, (et j’en passe …). Il se revit en « bon juif » du troisième Reich, amant d’Eva Braun qu’il produit , entre autres …, comme une attraction dans un cirque égyptien … Le tableau final, ultime fuite en avant du personnage, ressuscite tous les morts d’avant qui l’entraînent dans une sarabande macabre, hantée des lieux de torture nazis à Paris, a achevé de m’achever, sans rien qui me touche, dans cette mise en scène de sinistres fantômes.

5) En allant ranger mon premier Modiano à sa place dans la bibliothèque, entre Miller et Molière, ne lui en déplaise (dans ma bibliothèque, l’ordre alphabétique est (presque) roi), j’en trouve un autre, de Modiano, à ma plus grande surprise. En fait, c’est le même mais en plus vieux, le jaunâtre qui se dépose sur les couvertures des Folio l’atteste, « La place des étoiles » est là depuis un certain temps. J’ouvre le volume, à la quête d’un indice, (il fut un temps où je datais mes livres) et je lis une dédicace, « A toi, Roberti, la spaghetti riche ». Le doute m’étreint. « A toi », ce serait moi, mais qui est « Roberti » ? Un livre oublié dédicacé par une anonyme qui se prenait pour un spaghetti … Je ne suis pas atteinte de Modiano mania mais il faut avouer que pour les trous de mémoire, cet auteur se révèle efficace …

Ce qui est sûr, c’est que maintenant, entre Miller et Molière, il y a deux Modiano, les mêmes, et que pour l’instant, je vais les laisser tranquilles.

 

Je profite aussi de l’absence de Galéa …… qui avec un peu de chance, ne lira pas ce billet … Je sais, c’est lâche !!! Et en plus, c’est écrit en tout petit, en blanc sur fond violet ….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :