Une plage au pôle nord, Arnaud Dudek

Où il n’est nullement question ni de plages, ni de pôle nord, mais plutôt de banquises oubliées qui se réchauffent les unes contre les autres, des petites, toutes petites banquises, des banquises qui n’en ont pas l’air (rien à voir avec le Titanic, en plus, c’était un iceberg), des banquises de tous les jours, des banquises invisibles, quoi, qui vont se faire un bout de chemin ensemble, et peut-être se fondre … Allez savoir avec les banquises, c’est aléatoire, comme le hasard d’une rencontre entre un appareil photo numérique ( le numérique a son importance) perdu et d’un rendez-vous chez le podologue.

La femme d’âge bien mûr qui avait rendez-vous avec le dit podologue, Françoise Vitelli, fouille dans l’appareil trouvé par hasars avec méthode pour en retrouver le propriétaire qui s’avère être aussi anonyme que Pierre Lacaze,  » scénariste et dessinateur de la série de S.F. burlesque « Les écuyers de l’espace », publiée par un micro éditeur savoyard. Trentenaire né à Lyon. Juriste en entreprise ». Du lourd, quoi. De Pierre, on glisse à Jean Claude, son ami, le vrai propriétaire, en fait, esquissé en vrai loser en une phrase attendrie :  » La vie est parfois sinistre, même pour les gentils garçons ». 

Mais attention, Jean Claude, n’est pas un gentil bêbête, c’est un vrai gentil, au chômage, avec mariage raté et petite fille sur le coeur fondant.

Un appareil photo, un coup de sonnette, ainsi commence la tranquille Odyssée de Françoise et Jean Claude qui s’écrit dans un pavillon de banlieue, entre buffet en chêne avec santon de Provence, et coups de portos du dimanche partagés. Une histoire d’amitié entre une veuve que son Clyde de mari a laissé finir en Bonnie institutrice à la retraite, et un encore presque jeune homme ; l’histoire en pointillée de deux béquilles l’une à l’autre indispensables et fragiles.

Pourtant, rien de triste (ou plutôt, si, mais ce n’est pas écrit triste) dans ce récit (très, trop ?) court, un côté narquois au contraire, une sorte de tiré à la ligne d’Echenoz, sautillante et elliptique à la fois … L’écriture de Dudek ressemble à ces minuscules éclipses de vie qu’on aurait croisées, un pas de côté dans la vision attendue, une acrobatie dans les lignes des phrases et des destins ; « Quelques détails, trois fois rien, l’essentiel. Faire quelques pas dans une maison, pour visiter, savoir si elle nous plait ».

Attention, pépite ! 

Merci Keisha …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :