Dans le jardin de la bête, Erik Larson

Je dis texte parce que c’est une sorte de docu fiction, entre documentaire très documenté (archives à l’appui) et reconstitution romanesque pointilliste. Il retrace l’itinéraire de monsieur Dodd, un déjà vieil historien, passionné par l’histoire du sud des Etats Unis, qui se retrouve propulsé, par les hasards d’une morne carrière et d’une vacation des professionnels de la diplomatie, au poste d’ambassadeur dans le Berlin de l’année 1933. Armé de sa famille et de ses convictions, il s’embarque avec voiture hors d’âge et directives diplomatiques floues, vers le jardin de la bête en construction, et  se retrouve coincé dans un rôle qui ne semble pas, de l’avis de tous et de lui-même, taillé à sa mesure. 

La haine est déjà bien mise en oeuvre dans la ville gangrenée, mais la façade est encore séduisante et propre, alors que commencent à se déchaîner les rancœurs, les violences anti sémites et la volonté de revanche. Dans une sorte d’impuissance vague, Dodd n’en prend la mesure que par ricochets. Par contre, sa fille, la belle Martha, frivole, volage, est piquée par la beauté de cette nouvelle force qui va, droite et fière comme la jeunesse blonde. Elle va y puiser amants, fêtes, promenades en voitures décapotables, pique nique bucoliques, jusqu’au moment où, elle réalisera la véritable nature du régime nazi et tournera casaque.

 Mon résumé est très schématique et incomplet. Ce qui m’a passionnée dans cette lecture est le décorticage de l’impuissance de Dodd, une impuissance qui n’est pas vraiment de son fait mais qui prend racine dans l’incapacité intellectuelle de comprendre ce qui est en train de se mettre en place. Comme beaucoup, il ne peut pas penser ce qui est proprement impensable, et comme beaucoup, il regarde s’agiter Hitler avec le scepticisme d’un vieil humaniste : le régime nazi ne pourra se maintenir avec de tels olibrius à sa tête …  Quand Dodd a des éclairs de lucidité, ils sont contrariés par les mécanismes des démocraties européennes, l’administration américaine, entre autres, qui se focalise sur le remboursement de la dette de l’Allemagne … Un petit pas de Dodd, vers une expression libre lors d’un discours, lui vaut des remontrances de l’appareil, qui, cependant, lui aussi, est faillible et ne fait guère preuve d’un dynamisme anti-anti-sémite à toute épreuve, préoccupé surtout par les agressions commises par les S.A sur les américains ignorant le salut nazi. 

L’ascension était résistible a dit Brecht, on voit à travers ce livre que la résistance était aveuglée par bien des filtres, et que l’histoire ne se réécrit pas.

Ce qui m’a ennuyée, quand même, car ennui il y a eu, ce sont les répétitions, le recours constant aux archives diplomatiques et archives personnelles de Dod et de sa fille, journal intimes, lettres, rapports diplomatiques … le rythme de lecture en est ralenti car l’écriture s’auto valide sans cesse. Le mélange entre les deux genres, document historique emballé dans la serviette de la fiction, m’a gênée, ce qui ne remets pas en cause la qualité du propos, évidemment !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :