Les oiseaux, Daphné Du Maurier

Si vous n’aimez pas les nouvelles, si elles vous laissent un goût de trop peu, si le format court frustre votre goût immodéré du romanesque au long court, alors, il faut, d’urgence lire « Les oiseaux ». A cause que ces sept nouvelles remplissent tellement toutes ces anti-conditions, qu’on en redemanderait alors qu’on est déjà plein. Moi, ça me fait cet effet-là avec les trucs que j’aime vraiment: les fraises tagada, les oeufs à la neige, le pain perdu, le chocolat blanc fourré aux myrtilles, et donc, logiquement, Daphné du Maurier.

Le must du recueil est est, bien évidemment la nouvelle titre, « Les oiseaux ». Je ne dirai rien du film Hitchcock, que je connais évidemment par cœur, ce qui ne me gêne absolument pas pour le revoir encore, malgré les commentaires acerbes de fiston : « On voit tous les trucages » – « M’en fiche » articule-je, enfoncée jusqu’aux doigts de pieds dans le plaid et gavée de chocolat blanc fourré aux myrtilles

Grande surprise ! La nouvelle n’a que peu de points communs avec le film ; point d’inséparables, pas de blonde citadine hyper classe et hyper injustement traitée par le beau Nath, mais, un Nath seulement, avec femme et enfants, fermier, père de famille tranquille, qui voit poindre sur les vagues les attaques ailées et tente de résister, dans le silence assourdissant de la radio, à ce qui semble bien être la fin du monde … Rien de moins qu’un pur chef d’oeuvre, ce qui fait qu’avec le film, ça fait deux.

 Suivent six autres histoires qui mêlent, elles aussi, avec une efficacité ciselée, l’étrange et l’ordinaire. « Le pommier » par exemple, où dans une campagne très « country », une femme acariâtre meurt, libérant ainsi son mari de sa tristesse stérile. Mais dans le verger, repousse un vieux pommier dont le poison se distille à petites gouttes…. « Encore un baiser » mène une très chic mère de famille, lors de vacances très vides, dans un hôtel très chic aussi et bondé d’admirateurs potentiels, vers une liaison amoureuse à l’essai. Son ennui, la chaleur, sa beauté inutile entraînent la belle indifférente au bord de la falaise … Dans « Mobile inconnu », un arrière goût d’Agatha Christie flirte avec la folie d’une jeune femme pour qui la naissance d’un enfant aurait dû être une joie … 

Un pur régal, le ton Daphné jusqu’aux bout des ongles, entre lumière et crépuscule, où le pire n’est jamais sûr mais toujours incertain, et c’est encore pire ….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :