La pharisienne, François Mauriac

En refermant ce livre (le deuxième de l’opération « La coterie des sagouins/sagouines« ), je me suis demandée ce qui faisait qu’un Mauriac peut ne pas être un grand Mauriac, mais juste un Mauriac, ce qui est déjà pas mal. Paradoxalement pour un romancier, je dirai le romanesque … Le romanesque ne sied pas à la plume acerbe de ce romancier là, il dilue l’amertume dans ce qui pourrait presque être des « aventures ».

Dans « La pharisienne », en effet,  il y a presque un souffle romanesque, presque, parce que l’on reste confiné quand même, un appartement à Bordeaux, une propriété dans les Landes, un été torride, une famille de la moyenne bourgeoisie, des secrets enfouis de femmes brisées, une belle mère, la pharisienne, donc, confite en dévotion hypocrite. Et dans l’échelle de la dévotion hypocrite, Brigitte Pian tente de gagner la palme, quel qu’en soit le prix à payer pour les bénéficiaires de sa charité. Le pire, c’est un personnage animé d’une charité réelle et sincère autant que perverse dans ses effets.

 » Pharisien : un personnage qui, observant strictement les préceptes moraux, se donne une bonne conscience avec laquelle elle juge sévèrement la conduite d’autrui ».

La bonne conscience de Brigitte Pian est une armure offensive. Respectée de son entourage, adepte des bonnes oeuvres, elle distille le fiel de la bonne conduite et en fait usage pour régenter ses proches et ceux qui ont le malheur de s’en approcher et de vouloir les aimer.

Ainsi, elle tente de sauver Michelle, sa belle fille, d’un premier grand amour trop heureux avec le tourmenté Jean Mirbel, un aristocratique mauvais garçon mal aimé d’une mère trop romanesque. Elle jette aussi son dévolu sur un professeur du narrateur, le pieux Puybaraud qui voulait tenter de réaliser son rêve de paternité en convolant en pieuses noces avec la si dévote maîtresse d’école, Octavie Tronche, pour le plus malheur de ses « protégés ». Et son honnêteté voudrait bien mettre sous les yeux de son mari les preuves de l’inconduite de sa première femme, peut-être encore aimée, par contraste ….

Les meilleures intentions de madame Pian sont autant de carcans tortueux que le personnage impose à son entourage, dictés par sa grandeur morale d’avoir raison selon les dogmes d’une religion dont elle a revu les pratiques à son image. Seul le narrateur, jeune garçon puis jeune homme, semble échapper à sa tyrannie et la regarde tisser sa toile. Trop sage, sans doute, trop retenu pour lui laisser une prise.

Alors ? Pas un grand Mauriac, alors que tout y est …. ben oui, mais … j’ai finalement eu l’impression que l’écrivain ici tentait de faire ce qu’il ne sait pas faire, c’est-à-dire plaire et adoucir : ainsi la Pian, la pharisienne, va entrouvrir les yeux et connaître le remords ( ce qui aurait pu me faire jubiler), mais aussi l’amour ( ce qui est nettement moins drôle que les affres de l’enfer). Et  le jeune premier mauvais garçon, Jean Mirbel a des faux airs du grand Meaulnes, et moi, le grand Meaulnes, je ne peux pas. Il sent la naphtaline et amène dans le huis-clos un zeste de roman à l’eau de rose éventé.

Du coup, je n’ai pas eu vraiment mon compte de « tréfonds obscurs des âmes » (perverse serai-je ?). A lire, l’avis d’Ingannmic, ma camarade de plongée en eaux troubles. N’hésitez pas à venir barboter avec nous le mois prochain … 

A (re) lire « Génétrix » chez elle et chez moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :