Le mystère Frontenac, Mauriac

Le titre invite à résoudre une énigme, qui dit mystère, dit secret, qui qui Mauriac, dit bourgeoisie du Sud Ouest, codes moraux, religieux, interdits sociaux. Donc, de prime abord, le mystère Frontenac serait dans la transgression de ses tabous de classe. En tout cas, c’est ce que le premier chapitre peut laisser croire.

On y découvre l’oncle Xavier et la couvée Frontenac, Blanche, la veuve de son frère bien aimé, Michel, qui récitait des vers de Victor Hugo en chemise à la fenêtre de leur chambre d’enfance, et les cinq petits : Jean, Louis, José, les deux filles et le petit dernier, Yves. Mauriac ne fait pas mystère du secret de l’oncle, qui n’a rien d’un coq : il entretient une liaison avec une femme, Joséfa, loin des yeux des siens. Bien peu tapageuse, pourtant, la Joséfa, il lui assure gîte, meubles et petit magot, mais c’est bien tout, car tout l’argent, la fortune Frontenac, les domaines, doivent revenir aux enfants, son culte, sa religion, son os à moelle, c’est eux. Il a d’ailleurs éduqué sa maîtresse à l’économie pour tout donner à la fratrie.

 En réalité, même si le secret de Xavier finira par en faire partie, du mystère, il est tout autre qu’un simple secret d’une liaison honteuse. Il est englobé dans un tout  aux frontières floues ; Frontenac, ce sont les enfants et les domaines, soit, mais aussi le goût de l’été et les parfums de la chaleur des bois, les palpitations des vignes, la fin du crissement des cigales, le soir, les ombres derrière les vitres éclairées à la lampe à pétrole, les jeux de la « communauté », la vieille tante folle … 

Le mystère, c’est tout ce qui a été Frontenac, et qui devrait le rester, alors que le cours du récit ne cesse de dire le contraire, . Et surtout, le mystère que l’auteur semble vouloir ronger jusqu’à l’os, est l’amour. L’amour de la famille ? Pas vraiment, on dirait qu’il cherche à en exprimer une sorte de quentessence, (une huile essentielle, oserai-je), amour maternel, filial, fraternel, l’amour qui va de soi, fait mal, réconforte, étrange amour qui se niche aux creux des silences et des traditions.

On suit surtout deux des frères, Jean Louis et Yves. Jean Louis est l’aîné, l’élève brillant, Yves est le plus jeune et le plus tourmenté (José, celui du milieu est l’homme des bois, le plus proche de la terre et des jouissances « naturelles » et sensuelles). Leur mère, Blanche est une mère couveuse, dont le seul but est qu’aucun de ses petits « ne tournent mal ». Elle sait où est son devoir et nul tourment de l’en détourne. Jean Louis aussi, y cédera, à ce devoir non écrit, ce mystère. Il voulait être philosophe, il endossera le costume paternel dans l’entreprise familiale, pour que rien ne se rompe, et y gagnera un mariage sage et choisi. Yves, est le poussin qui sortira du nid. Il s’échappera à Paris, poursuivre un faux rêve de gloire littéraire et d’amour trop frivole pour ne pas être douloureux à son âme d’écorché. Evidemment, on peux le penser double du jeune Mauriac, quand au passage sont évoqués les figures de Barrès et de Gide, dans l’évocation de ses années folles de bulles de champagne et de course automobile vers la côte basque, goguette de luxe qui fait passer à côté des baisers d’une mère qui attendait le retour du prodigue.

Evidemment, la plume de Mauriac n’est pas tendre, et égratigne codes de classe et côterie littéraire, mais le goût de ce livre n’est pas là. Par moment, il vibre, certains passages semblent creuser vouloir arracher aux mots le mystère de ces amours qui vont de soi, au risque d’un lyrisme parfois incongru. Il y a quelque chose de tendu et d’intime dans ces notations brèves qui construisent les odeurs d’un paysage, qui contournent le phrasé d’un geste, elles palpitent et étreignent le coeur, sans que l’on sache trop pourquoi. On dirait que dans ce texte, Mauriac a creusé (comme dans un creuset), à la recherche de ce mystère, l’amour, comme dans un grand combat avec ses mots, ses phrases et ses doutes.

Un Mauriac qui a le goût d’un Michaux …. Qui l’eut cru ?

Le troisième titre de la « côterie », ambition de (re)lecture de l’oeuvre de l’auteur, en lecture commune avec Ingamnnic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :