Ederlezi, Vélibor Colic

 Ben celui-ci, si. Et pas seulement parce qu’il y en question d’un orchestre et d’un chanteur hors des temps, dont l’élégance tapageuse n’a d’égal que sa volatilité sentimentale, mais surtout grâce à la valse endiablée des personnages qui l’accompagnent, qui ont le diable des mots au corps.

A la manière d’un Emir Kusturica (la comparaison est inévitable et je pense, voulue par l’auteur, par ailleurs, fin connaisseur musical), Vélibor Colic les fait sortir de son chapeau, un village à trois noms  » Baïramovitch, Baïrami et Baïramovski ». Les trois noms donnent le ton, car ce village « tantôt en Macédoine, tantôt dans l’empire ottoman, souvent en Yougoslavie, mais aussi parfois dans le royaume serbe », est « rêvé, mais aussi réel ». De ce lieu, surgit la valse tzigane, qui est aussi la valse de tous les possibles. On l’aura compris, c’est du pays de la fusion de ces cultures massacrées par les guerres et les totalitarismes, que Vélibor Colic veut nous faire rêver, du temps d’avant, glorieux de ses oripeaux.

Ils sont dépenaillés, encanaillés, peu recommandables, pendables, vulgaires et sublimes, les musiciens qui se succèdent dans ce récit fantasque, entre conte et sarabande. Ils sont menés par un mort qui a déjà été tué trois fois, sauf que cette fois-ci, c’est la dernière … Celui qui s’est survécu tout au long de ses réincarnations, tout à tour Azlan Tchorelo, Azlan Bahtalo et Azlan Chavoro, a été rattrapé par par la réalité, dans le camp de Calais, dans nos jours qui tuent les rêves. Avant, il a tout vécu en grand seigneur de la misère. Eternel amant infidèle, buveur et soiffard, il a mené ses trois vies comme on se laisse emporter par la gouaille de la langue de l’auteur. Depuis les années 1900, il a porté de sa voix les violons de ses comparses de fêtes en drames. Figure du juif errant, du banni, du sauveur damné, il est un concentré de figures littéraires qui aurait croisé dans sa course le Mangeclous et le Solal de Cohen. 

Ce titre, qui est aussi celui d’une chanson bien connue grâce au « Temps des gitans », contient le même charme, celui qui incante la joie triste et folle de temps qui auraient pu être. Merci monsieur l’auteur d’avoir mis en mots cette « comédie pessimiste » aux accents de fanfare perdue.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :