Le royaume, Emmanuel Carrère

Après l’avoir égaré sous mon lit tout l’été, je lui ai donné un coup de plumeau, et il avait à nouveau le goût de la tentation, ce royaume. Me voyant ce titre là enfin en main, mon homme, qui passait par là m’avertit, le fruit avait bon goût mais comportait des longueurs …

Mais, si il y a une lecture dont je n’ai pas voulu démordre, c’est bien celle-là, et j’avoue, j’aurais bien voulu contredire mon homme, mais cela ne sera point, car longueurs il y a.

Il faut dire que l’entreprise est ardue, tordue et peu glamour. Effectivement, il parait au départ quand même quelque peu casse gueule d’aller se fourrer dans les origines du christianisme tout en mettant en scène à la fois sa propre tentative de conversion et son propre doute, son chemin de Damas et sa descente de foi.

Carrère se met en scène, plus que jamais dans ce que j’ai lu de lui, entre l’enquêteur septique et croyant sincère, entre fin connaisseur des textes évangéliques, de leurs glossaires et commentaires, et romancier qui recoud les morceaux manquants de la parole et des écrits des apôtres de la première génération. 

Carrére reprend ses classiques, l’évangile de Jean qu’il a annoté dans des cahiers au temps de sa conversion, puis celui de Luc dans le temps de son enquête. Il suit aussi Paul, fait résonner ses lettres et épîtres dans leur contexte, il reconstruit aussi le contexte, tant qu’il y est, sans vergogne puisqu’il nous le dit, qu’il ne sais pas, mais suppute, élague des hypothèses, tisse des liens entre Sénèque, le bouddhisme, et le Christ dans le même élan sans mysticisme, pour faire bouger les paroles figées par des siècles de polissage.

Cette entreprise de dépoussiérage, cette démarche iconoclaste de repeindre des images pieuses, j’avoue que je l’ai trouvée passionnante, moi que le fait religieux interroge peu. Comme tout le monde, j’ai une culture religieuse de surface, je connais les différents points du dogme. Mais les rares fois où mon esprit convoque une image du Christ, il a les cheveux longs et blonds, la tunique blanche des images d’Epinal. J’ai toujours eu un faible pour les bondieuseries, comme on a un faible pour les fraises tagada autres que celles à la fraise, les violettes qui piquent par exemple. Mes enfants se moquent toujours de ma propension à acheter du sirop au cactus ou de l’eau pétillante au pamplemousse, plutôt que de la grenadine ou de la menthe. Et c’est ce goût là qui m’a régalé chez Carrère, celui du type qui cherche, sous l’artifice du dogme, les aspérités qui font que l’histoire pique à nouveau, acquiert un fond de réalisme et finalement de réalité plus vraie que l’histoire brute. (si vous m’avez suivie, cela donne l’équation suivante : fraises tagada à la fraise = histoire brute versus fraises tagada violette = « Le royaume », je pense que Carrère serait fier de moi sur ce coup-là … en toute modestie.)

Le christ selon Carrère, donc, il est plus passionnant que le vrai. Alors oui, il y a des longueurs, j’ai failli laisser tomber à certains moments, j’ai mélangé Luc et son maître, je n’ai pas toujours suivi toutes les finasseries des entourloupes entre juifs pharisiens. Par moments, même, les tensions entre la foi selon saint Jacques et celle selon le saint son frère n’ont provoqué chez moi nul émoi. J’avoue aussi, tant qu’on est dans la confession, que j’ai passé quelques pages ( au milieu, quand l’enquête se fit trop pointilleuse pour moi), mais très franchement, c’est un livre qui respire l’intelligence, à défaut d’aboutir à une vérité.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :