La condition pavillonaire, Sophie Divry, ou le livre qu’il ne faut pas lire si vous avez des bouffées de chaleur, mais j’avais prévenu.

En plus, de tout ce que j'ai dit précédemment, j'avoue que j'ai sursauté lorsque j'ai lu la première scène : une vieille femme dans sa cuisine se tient les mains posées sur une nappe cirée et écoute le ronronnement de son frigidaire. Son regard s'y promène sur les magnets moches qui y épinglent des cartes... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑