California girls, Simon Liberati

Raison numéro une : c’est un livre que l’on m’a prêté, et je lis toujours rapidement les prêts, (après, j’oublie de les rendre, mais c’est une autre histoire).

Raison numéro deux : un blog obscur comme le mien, inconnu des éditeurs, ne risque pas de parler d’un titre de la rentrée littéraire (oui, je sais, on en est à celle de janvier, mais par rapport à ma normale, je suis en avance …), à moins qu’on ne me prête un livre de la rentrée littéraire. (je suis les indications de Sandrine pour faire monter mon audimat)

 

Donc, j’ai lu California girls pour ces deux assez bonnes raisons mais qui ne contrebalancent pas complètement non plus mon interrogation principale : c’est quoi l’intérêt d’écrire un truc aussi plat sur un sujet aussi trash ?

Pour retracer l’itinéraire meurtrier, halluciné et pitoyable de la famille Manson, l’auteur prend le parti pris du métronome. On va de A à B pendant trois jours, le jour d’avant le jour J, le jour J, le jour d’après le jour J. Et il s’en tient là. Le jour J est, bien sûr,  (je me demande toujours pourquoi le jour J n’est pas celui du premier meurtre … ) celui de l’assassinat de Sharon Tate et de ses amis, le 9 août 1969, dans la villa que la jeune actrice avait acquise pour y vivre d’amour avec Roman Polansky et leur futur bébé et où Susan, Patricia et Tex pénétrèrent, les considérant comme des cochons qu’il fallait saigner pour que prenne sens le cauchemar communautaire de leur gourou.

 La description de ces trois jours se fait sans mise en perspective. Manson commande, ses adeptes sous l’emprise de drogues obéissent, exécutent leurs victimes et reviennent au camp de base, comme on descend, visiblement d’un shut d’adrénaline.

Le point de chute de la famille est d’ailleurs longuement décrit, à défaut des motivations de ceux qui y vivent. Dans un ancien ranch pour séries télévisés devenu entreprise touristique plutôt minable, se côtoient des cows boys, un club de motards, un vieil homme aveugle et la communauté des hippies de Manson dont les mœurs très libres des filles permettent des orgies psychédéliques très dans l’air du temps. L’auteur s’intéresse tout particulièrement aux membres féminins, leur crasse et leur « esprit d’entreprise »: voler du chou dans les poubelles, écarter les cuisses et s’occuper des enfants auprès de la cascade …. Rien que de très féminin tradi, finalement, nourrir, satisfaire le mâle dominant, materner …

Leurs motivations pour rester moisir dans cette glauquitude se limite visiblement à la fascination sexuelle qu’exerce sur elles le gourou et à une forme de satisfaction sadique lors des meurtres, (dont le premier fut celui de Gary Hinman, un prof de musique un peu gay, qui avait eu la mauvaise occasion de côtoyer les modes de vie de ses meurtriers). Sinon, les filles, elles ont été cueillies sur la route … et depuis, elle se droguent et elles s’envoient en l’air dès qu’elles le peuvent, sans même de petites culottes à enlever.

L’explication sexuelle ne fonctionne cependant pas pour Tex, ( l’auteur n’évoquant une possible attraction homo, mais peut-être parce qu’elle n’existait pas ….) le plus sauvage de la bande, mais aussi le seul homme, ce qui fait que d’explications, l’auteur n’en donne tout simplement pas. Ce qui est logique, vu le parti pris descriptif frustrant pour la lectrice que je suis.

Ce qui fait que dubitative, je reste. Au point que je me demande si je n’en ai pas appris autant en lisant les notices des personnages sur W. qu’en tournant les pages du livres, même si je le concède sans problème, le lyrisme noir autant que le pathétique aurait été de fort mauvais aloi pour évoquer la descente aux enfers du flower power, son pendant maléfique que fut, sans doute, la famille de Manson. L’aspect documentaire millimétré du roman ne m’a pas permis d’aller plus loin que l’immobilisme consterné devant les faits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :