L’analphabète, Ruth Rendell

Avoir vu, voire revu « la cérémonie » de Chabrol, ce film aussi magistral que le meilleur des thrillers bourgeois du maître es-psycho des entrailles mouchetées (je pense à « Que la bête meure » ou « Le boucher »), avoir, la première fois, sursauté d’horreur, avoir accroché son fauteuil, glacée d’effroi, lors de la scène du crime, ne gêne en rien le plaisir de lire ce roman dont Chabrol s’inspira …

Les deux œuvres se complètent en réalité, car là Chabrol ne dévoile que petit à petit l’origine du mystère de Sophie, Ruth Rendell en fait sa première phrase : « C’est parce qu’elle ne savait ni lire ni écrire qu’Eunice Parchman tua les Coverdale ». Du moins quatre d’entre eux. Georges en premier, le père, distingué, prévenant, profondément amoureux de sa femme, Jacqueline, si belle, si soignée, si élégante, grande connaisseuse d’opéra. Ils forment une sorte de couple idéal, brillants, humanistes, souples et ouverts d’esprit, profondément snobs sans même le savoir et rigides, clos dans les valeurs implicites de leur classe sociale.

Ce soir de folie là, Eunice et sa complice firent aussi feu sur les deux adolescents : Mélinda, belle comme les blés, étudiante et amoureuse, aussi libérale et libérée qu’un poisson rouge dans son bocal. Et enfin, elles tuèrent Gil, sombre jeune homme torturé, mystique et boutonneux comme peut l’être un fils de bonne famille tracassé par ses hormones.

Ruth Rendell analyse, là où Chabrol ne laissait rien paraître trop tôt, les étapes de la haine entre la domestique, analphabète, paranoïaque, hermétique à tous sentiments, enfermée dans son incapacité d’empathie, sauf pour les jolies objets qui entourent ses patrons et les séries télévisées dont elle se gave, et eux, les bourgeois intellos qui se piquent d’elle comme d’une bouée de sauvetage contre la poussière.

De tensions en incompréhensions, la victime se fera vengeance d’un crime qu’ils n’avaient pas vraiment commis, celui du mépris qu’elle s’était imaginé, vengeance glacée comme une plongée dans les eaux troubles, dans la mare des ressentiments qui n’avaient jamais trouvé de porte de sortie.

Merci à Ingannmic de m’avoir refait penser à lire ce titre depuis si longtemps noté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :