Sigmaringuen, Pierre Assouline

Celui-là en a fait parti. A chaque fois que je lisais le nom de la ville, Sigmaringuen, j’entendais la voix de Barbara chantant Göttinguen, à chaque fois que je lisais le nom de Céline, j’entendais ma voix intérieure qui me susurrait à la fois « un écrivain de génie » et « un facho de première », le visage d’Anthony Hopkins dans « Les vestiges du jour » se surpressait sur la silhouette de Julius, le majordome du château, qui a lui aussi quelques soucis dans l’expression de ses sentiments, et c’est un euphémisme. Allez savoir pourquoi, se ramenait alors la musique du générique de Downton Abbey ….

Ce qui fait beaucoup pour un seul livre qui ne méritait pas tant d’échos parasites. La lutte intérieure pour garder ma concentration sur le texte de Pierre Assouline fut donc déloyale pour lui.

On rentre dans le château de la famille Hozenzoller qui surplombe la ville de Sigmaringen par le regard de Julius Stein, le majordome qui va devoir rester comme gardien des traditions ancestrales et du bon fonctionnement du service en cette heure grave et inédite. La famille part pour laisser la place aux rogatons du gouvernement de Vichy, dont le Reich ne sait plus trop quoi faire et qui vont échouer là, dans le dernier théâtre de leur sinistre comédie.  Julius les regarde, de haut, cela va sans dire et le ridicule de la farce du pouvoir ne lui échappe pas.

Certains fantoches se croient encore en goguette chez leur puissants vainqueurs et jouent leur carte de petits pions qui se prennent pour des grands.

Les lambris de la vieille demeure auraient pu se gondoler de rire en entendant les discours de ces péquins flanqués de leur jaquette qui se gargarisent de leur fol espoir, l’arme secrète que les nazis vont sortir de leur sous-sol et alors là fini de rire pour les alliés. (mais les lambris ne se gondolent pas, Julius veillant à la bonne tenue de la demeure, et des domestiques)

Les portraits de famille de la galerie des ancêtres regardent passer Lucette, l’ex femme de Céline, qui vient là danser ses entrechats ….

Les livres de la bibliothèque se laissent lire par les ex-haut fonctionnaires frelatés qui suintent là leur ennui.

Laval s’agite encore un peu. Pétain le bat froid et, maître de l’étage supérieur, se rengorge dans sa qualité de prisonnier politique. Darlan  porte encore le flambeau de la milice.

Les femmes de ces petits hommes prennent des bains chauds et volent les sous-tasses et les fourchettes des ménagères.

Un microcosme de grenouilles gonflées d’orgueil, pérorent, aveugle à toute réalité, à n’en plus finir, en sifflant les bouteilles de la cave.

Dans les rues du Sigmaringuen « civil », les réfugiés français envahissent les cafés de leur faux espoirs, puis fuient ou mendient. Julius y croise Céline, dans son rôle de médecin des pauvres, cynique quand même, le Bébert en bandouillère.

Julius se laisse aller à un amour qui aurait été possible si il n’avait pas été Julius. Et c’est là qu’il ne faut pas avoir lu « Les vestiges du jour » …

Résumé peu cohérent, j’en conviens et en suis fort marri pour ce roman historique, de fort bonne facture, que ma lecture a transformé en hall de gare ….

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :