Les impliqués, Zygmunt Miloszewski

Ce procureur , Teodore Szacki, a bien des soucis. Sa vie l’ennuie. Incolore, elle tend à se confondre avec la banalité déteinte des tee-shirt que porte sa femme, Wéronica, quand il rentre le soir dans son appartement étriqué où elle a déjà couché sa fille, Héla, alors que lui, il a encore oublié d’acheter le beurre, ou autre bouquet de fleurs qui pourrait ranimer un peu la flamme. En lassitude, il se concentre sur l’écran de son jeu vidéo. Ce qui, évidemment, en terme de réanimation, ne fait pas progresser les élans affectueux. Bref, Szacki a besoin de changement.

Henry Telak aussi, sans doute, voulait changer quelque chose dans sa vie, sortir d’une dépression que l’on apprendra être chronique, ce pourquoi il s’était inscrit à un séminaire en vase clos de cinq patients du docteur Rudzki, spécialiste d’une nouvelle méthode de psychothérapie de groupe, « la constellation familiale ». La singularité de cette immersion est de permettre de mettre en place un système de jeu de rôle où les patients, à tour de rôle, incarnent une figure de de l’histoire personnelle de chacun. ça secoue l’inconscient et Henryk a été le premier à passer à la moulinette. Au matin, ses partenaires le retrouvent embroché de l’œil droit par une incontestable broche à rôtir.

L’arme du crime est d’ailleurs a peu près le seul élément incontestable de l’enquête. Un huis clos parfait, aucun lien ne semble exister entre les différents patients, Barbara Jarcky, Kwiatkowska, Kaim, mis à part leur nom imprononçables en français, mais cela ne compte pas pour un procureur polonais. Szacki fouille dans leur passé, tire des fils un peu dans tous les sens;  le fil du passé trouble, puis, le passé politico économique, l’arrière fond du Varsovie de 2005 qui transpire toujours un peu du dessous, enfin, le fil plus intime d’une famille marquée par les pertes et une infinie tristesse du manque d’amour … L’enquête balbutie en butte aux méandres d’une administration qui n’en finit pas de lanterner et de compliquer les tâches policières les plus simples.

Pendant que les pistes s’étiolent et que sont décrits longuement les conséquences et présupposés de la « constellation familiale » , notre procureur tergiverse, englué dans les affres du désir d’un renouveau amoureux. Cèdera-t-il, ou pas, aux sirènes érotiques de la jeune et séduisante journaliste, Monika, qui lui fait sacrément envie, une sorte de chou à la crème versus la tarte du quotidien.

Des inserts informatifs s’intercalent dans la narration, énumérant les actualités banales du pays; défaites de l’équipe de foot, activités culturelles, manifestations diverses, qui sont censées faire contrepoids et ramener à la surface une forme de déni politique du passé, là aussi, refoulé et mis sous cape, comme l’inconscient des patients de la « constellation familiale », mais à la dimension de la constellation du pays. En prime, on a droit au bulletin météo du jour.

Une lecture qui m’a un peu perdue en route, malgré mon intérêt croissant pour la libido du procureur. Mais je pense que ce n’était pas le but ….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :