Va et poste une sentinelle, Harper Lee

Pour qui, comme moi, a lu « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » et a gardé chaud dans le coeur la petite et grande histoire de Scout, Jem, Dill et Atticus (Henry, je m’en souvenais moins, mais visiblement, il était aussi dans la bande des enfants que Capurnia régentait sous son aile …), il vaut mieux passer le chemin qui ramène à Maycomb Scout, devenue une jeune fille quasi responsable.

Scout a fait des études, elle vit à New-York et revient pour quinze jours de vacances chez son père Atticus, veillé à présent par la tante Alexandra, fidèle à elle même. Jem a eu le temps de devenir un jeune homme bien normé, étudiant et footballeur émérite. Il aurait sans doute fini par épouser une bécasse quelconque et pris la succession de son père, si il n’était mort d’une crise cardiaque subite en pleine rue. Il s’est donc figé en une vague silhouette dans la mémoire de son ex-petite sœur.

La maison et sa véranda, ses voisins et ses arbres, ses champs, le domaine de l’enfance, n’est plus non plus. Après la mort de Jem, Atticus l’a vendue. Maintenant, on y vend des glaces qui fondent sur une terrasse asphaltée.

Finis les jours heureux, l’insouciance de la fameuse salopette, Scout joue encore sa rebelle, pour la forme. Elle est bien près d’épouser Henry, fade chevalier servant pourtant, rangé en fidèle bras droit d’Atticus, qui en a bien besoin car son corps le rattrape et la maladie le diminue, même si pour Scout, il reste le modèle moral, la droiture incarnée, la justice sans préjugés.

Enfin, presque, car coup de tonnerre, Scout découvre que son père et Henry sont passés du côté de l’ennemi. Ils assistent aux côtés des pires ségrégationnistes de la petite ville à des réunions préventives face aux revendications égalitaires qui montent de toutes parts et menacent l’équilibre racial séculaire. Etre dans la gueule du loup blanc, disent-ils, pour éviter aux noirs de tomber dans les griffes de la NAACP ( en français, l’association nationale pour la promotion des gens de couleur), qui, si on laissait faire, pourrait faire croire aux nègres qu’ils pourraient être autre chose que les bons nègres qui servent les blancs.

Capurnia, d’ailleurs, se charge d’un regard, sans nostalgie aucune, de remiser aux oubliettes l’angélisme des souvenirs de Scout. La gentille servante noire, la mère de substitution, fige ses illusions. Et Scout se débat avec ce qu’elle croyait être, une gentille blanche aux idées libérales, avec un père formidable. Si le roman préserve quelques retours arrière qui ont le goût de « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur », les yeux de Scout se décillent.

Mais ce n’est pas ce qui est décevant, ce qui l’est, c’est que les grands discours de Scout tombent à plat, elle devient moralisatrice, d’une morale didactique et plaquée sur le personnage qui semble alors réciter une bienpensance anti ségrégationniste, ça sent le fabriqué. Et l’entourloupe finale est juste à pleurer … Une sorte de gloubi boulga : comment respecter son papa devenu raciste, mais pour la bonne cause = poster une sentinelle avec des oreillettes ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :