La fractale des raviolis, Pierre Raufast

Passée la première réplique,  » Je suis désolé ma chérie, je l’ai sautée par inadvertance », qui m’a fait sourire, (et encore, pas tant que cela vu que je l’avais déjà lue ailleurs), dieu que je me suis ennuyée dans ce livre … Le terme est assez faible, d’ailleurs, mais j’ai la flemme d’en chercher un autre, et ma note sera aussi terne que cet ennui attentiste et passif qui aura teinté ma lecture.

L’ennui n’est même pas l’agacement, l’ennui, pour pasticher très librement la définition de l’inadvertance donnée à la suite de cette première phrase, serait une sorte de « défaut accidentel d’intérêt, manque d’attention à ce que l’on lit, manque d’implication d’une lectrice qui voit le coup de la poupée russe arriver. » Après un frémissement de curiosité (qu’est-ce va surgir du chapeau ?), la lectrice ne voyant toujours rien venir, se lasse …

Une narratrice non identifiée surprend son mari en plein ébat adultère. Comme visiblement, ce n’est pas le premier, elle met en place un plan dit diabolique pour s’en débarrasser, plan qui consiste à lui faire acheter lui même le sachet d’herbes de Provence qu’elle va ensuite empoisonner et répandre sur le plat préféré dudit mari, des raviolis, donc. Arrive un jeune voisin confié en urgence, le plat devient piégeux, c’est le sauve qui peut vers la fractale …

Elle s’enclenche ainsi, en forme de marabout-de-ficelle narratif où chaque dernière phrase d’un très court chapitre, met en marche une histoire racontée au très court chapitre suivant et ainsi de suite, jusqu’au bout de la ficelle et après on remonte le truc vers le plat de ravioli empoisonné, laissé en plan dans la cuisine. Un plat de raviolis froids, quoi, dont l’histoire va se terminer en queue de poisson.

Je me suis quand même demandée ce qu’était une fractale, au cas où un truc d’envergure m’aurait échappé. Je n’ai rien compris à la définition, pas plus qu’au livre, d’ailleurs, ce qui m’a vaguement inspiré ce dernier pastiche un peu plat :  » sa dimension romanesque est strictement inférieure à sa dimension formelle ». N’est pas Perec qui le croit.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :