La formule préférée du professeur, Yoko Oguwa

Une autre formule, tout aussi avérée, est que, face à des chiffres, même tout petits et inoffensifs ; genre le problème de conversion de hectolitres en millilitres de fifille ; j’éprouve une sorte de vide abyssal qui touche à la stupéfaction. Ce qui n’est pas sans conséquence sur mes réalisations pâtissières, malgré l’achat récent d’un super moule à cheese cake (qui ne fait pas les conversions tout seul, le con.)

Troisième formule perso ; face à quelqu’un qui m’affirme avoir le goût du sport, je me métamorphose en poule sur un mur qui regarde passer un okapi volant et me planque sous un tapis en attendant qu’il ait fini de passer.

Ce livre, donc, car ce blog est censé parler de livres,et pas de moi, qui est japonais, parle de maths et de sport, est donc une sorte d’erreur d’aiguillage vers l’incongru, quasi une expérience mystique pour moi, une variante personnelle de l’exploit.

Un vieux professeur de maths, genre prix Nobel en puissance, a perdu la mémoire lors d’un accident de voiture. Depuis, elle s’arrête au bout de 80 minutes et repart à zéro. Les seules connaissances qui restent constantes sont celles des formules mathématiques. Il a besoin d’une aide ménagère qui se matérialise, elle, avec constance. Et il se trouve que c’est la narratrice du roman. Elle tombe sous le charme des explications du professeur, se retrouve passionnée pour les nombres premiers, se prend d’amour pour eux et d’amitié pour lui. Il se trouve qu’elle a un fils de 10 ans, fan lui de base ball, et qui a la tête plate comme une racine carrée. Ben me voilà bien ….

Faisant fi de ma mauvais foi ( ce qui est très, très rare !!!), je dirais qu’il y a quelques scènes touchantes entre des digressions, pour moi, interminables, mais en réalité assez courtes, sur la beauté des racines carrées, des nombres premiers et la quête de la vérité mathématique, l’élégance des formules à plein de chiffres qui s’étalent sur la sable du parc, avant de s’effacer sous les pétales de cerisier, la perfection de la mesure de la forme de la base de tir en base ball, le compte de la vitesse du lancer de la balle. J’ai dû bien survolé du cerveau quelques pages, mais là encore, assez peu finalement.

Ce qui me ferait penser que ce pourrait être un livre passionnant, mais que je vais continuer à regarder pousser la littérature japonaise dans les vitrines.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :