Délivrance, James Dickey

« Tiens toi au canapé, vieille branche, » me suis je dit en commençant la lecture de ce classique du nature writing de l’angoisse, « ça va tanguer de l’adrénaline, les boyaux vont se tordre aux tripes et tu vas encore finir ce soir en te tenant les branches de lunettes devant les yeux pour ne pas finir trop en vrac au fond de ton lit. »

Et finalement, ben non, pas vraiment, en fait.
Mais, et j’en suis certaine, ce n’est pas de MA faute, c’est celle de Lewis ( d’ailleurs, je respecte ici parfaitement la logique de « c’est pas moi, c’est l’autre », du personnage) !  Lewis, c’est le meneur, le gars body boodybuldé qui roule de la mécanique, en entraînant ses trois camarades dans un discours débile sur le retour au vrai sauvage, celui qui remplace la flotte des verres de bière au fond du bar en vraie adrénaline qui coure dans les rapides, et tout le folklore viril qui va avec la plouquitude de celui qui a toujours raison face à ceux qui l’écoutent. Je crois qu’il a trop causé pour moi, et quand ladite aventure commence, il m’avait déjà saoulée.

Donc, l’aventure dans laquelle Lewis entraine ses trois copains, plus ou moins déjà vaincus par la platitude de la petite vie dans une bourgade de quelque part aux Etats Unis des bouseux, est de descendre en canoë une partie de la rivière sauvage qui coule pas loin et sur laquelle des promoteurs vont mettre la main pour en civiliser les abords. Selon lui,  il s’agit de vivre un moment sauvage entre hommes avec la bière et la guitare qui vont avec. Si les autres ne viennent pas, c’est qu’ils sont des couilles molles, en gros. Ce pourquoi, ils vont le suivre.

Moi, j’ai trouvé la motivation quelque peu légère, mais bon, vu que des couilles, je n’en ai pas, elles ne peuvent donc ni être molles ou dures, d’ailleurs, ce qui fait que ce genre d’argument à qui fera pipi le plus loin, me reste étranger … Et c’est donc avec ce sentiment de ne pas être à ma place, que je les ai suivis dans une expédition fort mal embouchée, le Lewis conduisant comme un malpropre sans même savoir où se trouve exactement l’eau sauvage pour poser le canoë dessus.

En chemin, ils rencontrent des autochtones fort peu avenants et s’arrêtent pour un duo musical d’anthologie ( dans le film) et qui fonctionne aussi très bien avec les mots et sans les images, moment entre tension et vibrato qui enchaine sur la virée sauvage tant attendue, qui tourne au cauchemar, avant de se terminer en expédition à la Rambo. Lewis entre temps a fini par se taire, ce qui ne m’a pas empêché de finalement quand même rater mon rendez-vous avec une lecture, à laquelle, moi, je m’étais bien préparée, calée entre mes coussins et ma tasse de thé …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :