Blés de Dougga, Alia Mabrouk

Dougga dépend de Carthage et Carthage dépend de Rome. le peuple de Rome a faim et les terres de Dougga ont du blé à foison.

L’empire commence à s’effriter, les Barbares ont remporté quelques victoires, et Dougga commence à le savoir. La protection accordée par l’Empire baisse la garde, alors que les impôts imposés aux provinces en échange, augmente. En ce début d’été antique, Rome pour apaiser son peuple exige de ses possessions lointaines le double de la moisson habituelle.

C’est la mission que le jeune et beau procurateur Caecilius Metellus s’est vu confié et qu’il compte mener à bien en arrivant dans la ville assoupie, pour le moment dans la torpeur des terres africaines. Il y retrouve un ami, Marcillius, représentant officiel de Rome en cette terre anciennement numide, riche et fertile, que Rome a asservi, du temps de sa puissance. Si Caecilius se veut fidèle à l’Empire et à son bon droit, Marcillius, lui, a commencé à douter. Un peu, seulement.
Ce qui ne l’empêche d’offrir fraîcheur de la demeure et cénas pléthoriques. Caecilus arpente la ville, découvrant thermes, marchés, temples et richesses. Il se laisse séduire, lui, l’homme des étendues de mer bleue, par les charmes des vagues blondes des blés et autres odeurs du vent qui passe. Une séduction qui reste inconstante, pas suffisante en tout cas pour comprendre que la misère guette les populations, si ses exigences demeurent aussi élevées. Les seigneurs locaux ont préparé une coalition, qui tente de lui faire raison revenir. Mais fidèle à un idéal qui l’a élevé, Caecilus n’en retire que la gloire de les vaincre et l’énervement de les entendre.

Qui n’a qu’une oreille n’a point de raison, aurait pu être le fil conducteur de cette histoire, qui en fait n’en a guère, de fil. Le charme exotique du cadre et de cette antiquité carthaginoise est rapidement rompu par le trop plein d’érudition. L’auteure connait si bien son arrière plan historique qu’elle en met partout, ça déborde de l’histoire. Les personnages restent plats, sans liens, on les croise et ils disparaissent du noeud de l’histoire, n’ayant plus rien à faire, support d’un morceau d’exotisme , d’une odeur, d’une pratique, d’un dialogue … Un ou deux chrétiens, deux prostituées, une beauté fatale, un prêtre taciturne, des courses de chevaux, on a l’impression d’un passage en revue.

Et si on garde l’envie de plonger dans des thermes à mosaïques avec le beau ( mais quand même pas fun) Caecilius, et de se faire au passage masser les petons par le gros balèze des bains, l’ancrage social, politique et le dilemme intime sont tellement esquissés qu’on les perd complétement de vue.

Et c’est quand même dommage.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :