Indian creek, Pete Fromm

Tout d’abord, j’ai toujours eu du mal avec Robinson. Vendredi ou pas, mythe ou pas mythe, le Robinson, il a quand même un arrière goût d’individualiste petit bourgeois, dirait fiston, qui n’a pas lu Robinson, mais moi, oui. L’île déserte avec la survie qui mène à la réussite de l’entreprise, ce n’est pas mon truc.

En plus, là, c’est un Robinson du froid, dans le Montana, avec des lynx, des caribous et des cerfs et des tas de bois à couper. Les lynx, les caribous et autres bestioles du froid, ce doit être très beau, dans la neige. Si grandiose d’ailleurs, que je ne vois pas l’utilité d’aller déranger toute cette infinitude avec mes lunettes de soleil, ma tenue d’intérieur-extérieur en ces débuts de beaux jours, et mes questions existentielles menées du fond de mon jardin. (Ben oui, j’ai migré du canapé au transat. Faut pas croire, je suit les saisons.)

La vie sauvage pour moi, se limite aux tentatives désespérées de mon chat pour intimider ma poule quand elle chasse le vers de terre au milieu de ma plate bande de fraisiers. Ce qui est déjà d’une violence à la limite du supportable, vu que je n’ai que deux fraisiers. Surtout à cause de la tête de mon chat, qui en général, vit un moment de honte suprême, vu que la poule s’en fiche et il revient alors se coucher près du transat, et je lis la mortification du grand fauve dans ses yeux verts.

 Donc, un livre dont le sujet est l’hibernation volontaire d’un jeune homme inconscient à l’intérieur d’une tente de toile rectangulaire, au croisement de deux rivières en plein cœur du parc de la Selway-Bitterot ( au nord de Missoula, à des centaines de kilomètres du premier habitant capable de parler d’autre chose que de la chasse aux caribous, car là-bas, même les écrivains sont nature). Le Robinson novice s’embarque pour six mois glacés avec pour mission de dégeler une fois par jour un bassin d’élevage de deux millions et demi d’œufs de saumon, implantés là pour voir si ils vont survivre. J’avais déjà la réponse, en gros, pour la survie des futurs saumons, c’est dire qu’aucun frémissement n’a agité ma tong du fond de mon jardin.

Et pourtant, j’aurais eu bien tort de ne pas suivre ce conseil de lecture d’une adorable libraire ( officiant à Étonnants voyageurs sur le stand des éditions Gallmeister mais basée normalement dans la librairie « livres in room » à Saint Pol de Léon.). D’abord, parce que lorsqu’on vend des livres au royaume du chou-fleur, on est un vrai Robinson et que une île déserte remplie de livres, c’est un royaume que je peux concevoir, et ensuite, parce que ce livre est drôle.

Peter Fromm s’y moque beaucoup de lui même, de son rêve d’aventurier de l’extrême né au contact de sa fréquentation naïve des récits des trappeurs épiques, de sa confrontation avec la solitude qu’il combat à grands coups d’entreprises pharaoniques d’abattage de bois de chauffage, sa frénétique compulsion à s’occuper, dans le vide de cette immensité, pourtant peuplée de quelques aficionados de la chasse aux lynx.

L’auteur, tout en maltraitant, avec le sourire, sa juvénile inconscience, construit un roman d’apprentissage fort sympathique, mêlant ses états d’âme et son amour naissant pour l’état solitaire, qui de subi, devient choisi.

Évidemment, je ne suis pas revenue de ce voyage en terre glacée avec l’envie irrésistible de chevaucher une moto neige, mais avec quand même une petite idée du plaisir qu’on pouvait y trouver. Et surtout, j’ai trouvé ce qui manque à mon chat dans sa poursuite effrénée de la poule sur mon carré de pelouse, c’est l’exaltation des grands espaces et l’urgence de la survie …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :