Scipion, Pablo Casacuberta

Scipion, dit Anibal de son vrai prénom, n’a rien d’un conquérant. Le poids de son père, historien émérite des âges antiques, l’a fait looser, et son prénom sonne plutôt le glas que l’oliphant des éléphants. De même, en terme de stratégie amoureuse et de carrière, le héros narrateur navigue à vue depuis des années. Le moins que l’on puisse dire est qu’en terme d’héritages, il n’est pas verni.

Le père est mort depuis déjà un temps certain, et même avant cette disparition, Anibal était écarté (s’était écarté, aussi …) de toute forme de reconnaissance ou de communication d’avec le grand homme. C’est cet héritage que le héros découvre ( en partie …) au début du roman, quand, enfin autorisé à pénétrer dans la maison qui fut celle de sa bien triste enfance ( la mère l’ayant désertée assez tôt et la sœur s’étant révélée aussi indéboulonnable qu’une statue de César stalinien), et c’est ainsi qu’il récupère trois boites à Pandore. Qui se révèleront à double fond. Persuadé qu’il ne fut pour son père qu’un objet de mépris, Anibal a dans ce sens là, toujours tout fait pour le satisfaire. Face aux boites, on s’attend donc à des révélations, mais que nenni, les premières découvertes ne sont que déceptives et cruelles réminiscences de leurs profondes divergences. Et même Alicia, la fraîche assistante de l’agence immobilière qui l’accompagne est une des admiratrices ferventes du lyrisme historique paternel. Anibal reste prisonnier de ses larmes, de déconvenues. Mais le ton est donné, et enfermé dans le point de vue du piteux narrateur, le lecteur se met à sourire et à douter, non, nous ne partirons pas à la quête du père ou du grand secret sans quelques tribulations burlesques.

En effet, le testament en cache un autre, un testament à épreuves. Pour accéder au confort que les richesses paternelles pourraient enfin assurer à notre héros malmené, ne serait-ce que lui permettre de sortir de la sordide pension où il cohabite avec un vieux fou déféqueur, voire de lui éviter de continuer à entretenir un alcoolisme latent et un défaitisme certain, Anibal va devoir écrire un livre. Et pas n’importe lequel, un livre d’histoire moderne, qui, de plus, devra être cautionné par les fourches caudines de l’institut paternel, gouverné par le fantasque avocat Manzini. Le testament est piègeux …

De tribulations en faux espoirs, Anibal mènera son odyssée burlesque, et dans un naufrage surréaliste, retrouvera un sens à l’histoire, porté par sa seule rancœur dont on ne sait finalement, si elle est réalité ou fantasme, une justification à postériori de la suite de ses échecs.

Une quête des origines à tiroirs, qui semble aller à veau l’eau, puis, qui reprend pieds … Comme le narrateur, j’ai failli m’égarer en route, puis comme lui, j’ai finalement compris que la route à suivre était de ne pas résister et ne pas céder à l’envie de tout savoir. Une très belle fin de roman, en tout cas, tout en douceur et délicatesse.

 Lire aussi l’avis de Keisha

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :