La vérité sur Anna Klein, Thomas Cook

   Un jeune journaliste rencontre un vieux monsieur, Thomas Danforth, une figure d’un autre temps des USA, celui de l’avant deuxième guerre mondiale, celui de la montée des périls en Europe, celui où, vue de Brooklyn, la ligne de partage entre les gentils et les méchants n’était pas encore clairement établie et où les nazis pouvaient encore passer pour un rempart contre le communisme.

Par hasard, en ce moment flottant, Thomas Danforth passera du côté des gentils, et du même coup, du statut de riche futur héritier et futur époux standard, à celui d’espion. Il intègre une mystérieuse organisation secrète qui a compris l’urgence de mettre en place un plan. Le problème étant lequel. Ben, à vrai dire, ce n’est pas clair, même à la fin du livre, je n’avais toujours pas saisi le fil. Ce qui est certain, par contre, c’est que la clef de voûte du plan qui n’existe pas encore est Anna Klein. Personnage protéiforme et insaisissable, venue du fin fond de l’Europe, elle semble déterminée à mourir. Mais on ne sait toujours pas pourquoi. Pas grave, elle fascine Thomas, juste pour ce mystère de cette détermination, et celui de ses origines, mi juive, mi turque, mi persécutée, mi machiavélique, (mi cochon d’inde ?), cette silhouette floue et très silencieuse entraine Thomas dans son sillage de bombe à retardement dans le fameux plan qui commence aux USA pour se poursuivre à paris, puis en Allemagne, toujours en quête d’un sens. pour elle, il tournera le dos à un destin tout tracé pour plonger dans l’inconnu sur les pas et dans la flamme d’Anna.

Mais que ce livre est lent ! Les chapitres languissent en alternance entre l’histoire de Thomas et d’Anna, et les remarques du journaliste sur le vieux monsieur qui raconte cette histoire en face de lui, lui-même louvoyant dans son passé en de longues circonvolutions ressassant le charme d’Anna, le mystère du charme d’Anna, ce qui finit par flinguer l’un et l’autre, le charme et le mystère, je veux dire ( et l’intérêt de la lectrice qui s’étire …)

Les étapes de la formation d’Anna sur le sol américain n’en finissent pas de piétiner. On se dit qu’une fois sur le sol européen, il va bien falloir que ça s’accèlére, que ce famaux plan nous fasse vibrer d’angoisse. Ben, non, vu qu’il va s’agir d’assassiner Hitler, et que Hitler, on sait bien comment il finit, et que Anna n’y fut pour rien. On aurait pu alors frémir au tragique d’une grande passion d’amour déchirée par les affres de l’histoire, histoire de se rattraper aux branches. Ben, non, non plus, tant passions et trahisons sont diluées dans le flapi.

Bref, à mon grand dam, et contrairement à ce que m’a affirmé la libraire, tout n’est pas bon dans Thomas Cook, et m’en voilà fort marrie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :