Lecture commune un, escalier un

Il y a quelques jours, Ingannmic et moi même avons décidé de reprendre une activité commune. Après le succès planétaire de la relecture de Mauriac, nous avions en effet, pris un temps de repos nécessaire suite à l’avalanche de commentaires suscités par cette initiative qui se solda d’ailleurs, par une lecture solitaire de la part de ma fidèle partenaire ….

Cette fois çi, il s’agit de rien de moins qu’une nouvelle lecture commune, mais pas des moindres, puisque notre choix s’est porté, presque naturellement, sur la suite du chef d’œuvre toute catégorie des pavés qui font mal dans la tronche de la lectrice, la suite donc, de « La griffe du chien » de Don Winslow, sobrement intitulée « Cartel », tout un programme.

En pleine nuit suivante, j’ai eu une illumination, je savais, oui, je savais, comment rendre cette nouvelle aventure si passionnante que les blogs amis en tireraient les langues d’impatience. Sauf qu’il était une heure trente du matin, pas une heure décente pour secouer le conjoint endormi pour lui communiquer une idée, même de génie, et même si c’est lui qui m’a offert le bouquin. Je dors rarement avec un papier et un crayon dans le lit, encore moins avec mon ordi, il est trop gros.

N’écoutant que l’appel du blog, je me suis précipitée vers le lieu idoine pour garder trace de ma fulgurance, Mais, c’était sans compter sur les machiavéliques machinations des dits cartels, qui ayant dû nous repérer, avaient pris soin de tapisser mon escalier de peaux de bananes…. Surfant sur les marches, telle une sublime sirène des patrouilles de l’aube, j’ai cependant succombé sous le nombre et c’est pour cela que toutes les notes que vous allez lire dans les prochaines semaines seront publiées depuis mon lit, sauf si bien sûr la tablette de fifille est maraboutée ou le portable de fiston sous écoute. Mon ordu, je le répète, il est trop gros.

PS : évidemment, cette vision de ma chute est quelque peu sublimée …. J’allais chercher de l’eau. Mon pied a loupé sa cible terrestre. Bilan: trois côtes cassées.Ce qui ne remet évidemment pas en cause la lecture commune, prévue pour le 5 novembre, si le cartel nous prête vie ….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :