Manuel d’exil, Vélibor Colic

Quand Vélibor Colic est arrivé à Rennes, il s’est mis à pleuvoir au dessus du banc où il était assis, dans le parc des Tanneurs et il regardait les cailloux blancs de l’allée comme si il étaient neufs. Il a un sac, il a 28 ans, il est soldat, même si il est un ex-soldat de l’ex-armée de l’ex-Yougoslavie, un déserteur croate de l’armée bosniaque, un traître pour tous, et un soldat qui ne veut plus tirer.

Son village n’existe plus, sa maison n’existe plus, son passé n’existe plus et sa langue est celle de la douleur. En exil et sans papiers, mais un exilé qui se voit royal, car il est poète. Un poète à la cosaque, à la yougo, entre deux ivresses et une immense tristesse qui le fait royal dans ses rêves, et paumé dans la vie.

Vélibor Colic dit ici, dans cette autobiographie de l’exil, alors que son carnet de soldat n’a pas encore l’écriture des « Bosniaques« , ses premières années en France, de son arrivée en 1992, à Strasbourg en 2000, puis un peu plus tard, en Hongrie, en Italie, à Paris, en ces années où la Yougoslavie est à la mode et lui en colère et perdu. Il balade son errance de villes en villes, de cafés en serveuses, il pointe la solitude de celui qui vit dans l’ombre, dans la petitesse, chambres minuscules, suintantes et glaciales pour un espace à peine privé, espaces publics trop vastes, rues arpentées dans ses vieilles bottes en daim quand on ne sait où aller, dans ses vêtements entassés, de tellement seconde main qu’il font que rien n’est à soi. Et même son corps, son visage, surtout, qu’il ne reconnait plus. Avant, il était quelqu’un, maintenant il a la coupe à la mode des années 80, « le joueur de foot est-allemand ». Dans cet exil, Vélibor Colic croise d’autres figures d’étrangers, tziganes voleurs, roi de la débrouille, un ex-déporté d’Auschwitz qui cultive son jardin, un concierge d’immeuble qui les soirs d’ivresse fait sa valise de retour, et dont la femme ressuscite le goût des poivrons à l’ail :  » Dans mon pays c’est encore la guerre, mais il semble que je suis toujours vivant. »

Vélibor Colic a le slave facile, sa nostalgie prend souvent des airs de violons qui beugle aux étoiles, avant de se noyer dans une blague absurde, un pied de nez, une forme d’auto dérision constante qui joue les contre pieds. Il nous égratigne peu, finalement, nous qui regardions les images du siège de Sarajevo, les philosophes et les écrivains qui péroraient sur les plateaux où il fut, une ou deux fois, invité avec eux, eux qui avaient tant à dire sur sa guerre à lui, lui qui peine à transformer sa rage en écriture. « Mother Funker » n’est alors qu’une ébauche, et le solaire de « Jésus et Tito » est encore loin de pointer son nez.

Le sous titre  » comment réussir son exil en 25 leçon » est bien réducteur, ce sera mon seul bémol, en annonçant une sorte de pirouette humoristique sur le thème. Pourtant, il n’y a nulle rancœur dans le fil des souvenirs choisis par l’auteur à l’image de son alter égo, ce jeune poète en colère, qui dans la case « projet » de la fiche à remplir pour suivre les cours de français pour adultes analphabètes, écrivait « Goncourt ».

Monsieur Vélibor, vous n’avez pas encore eu le Goncourt, mais vous êtes un poète aux étoiles, de ces étoiles qui disent l’exil comme peu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :